Patrimoine religieux divers

Il y a presque 50 ans, la chapelle dédiée aux Sept Saints Dormants n’était guère connue.
Louis Massignon, professeur au collège de France, spécialiste des questions orientales, mort en 1962, est le promoteur de la rencontre du Vieux-Marché. On a dit de lui qu’il était le plus grand musulman parmi les chrétiens et le plus grand chrétien parmi les musulmans !
Tous les ans, depuis 1954, a lieu le Pardon (chrétien) des sept Saints, à l’occasion duquel se déroule une rencontre entre musulmans et chrétiens, par le colloque du samedi et la lecture de la Sourate de la Caverne, le dimanche après la messe.

Le Chemin de Croix de Maurice Denis est classé aux Monuments historiques en date du 14 janvier 1989, réalisé en 1931, don de son auteur, ses tableaux garnissent les murs de la nef de la chapelle de la Clarté à Perros-Guirec.

Les plus anciennes représentations de personnages sacrés, dans nos églises, remontent à la fin du 11e siècle, avant le début de la première croisade, décidée par le pape Urbain II, et préchée par Pierre L’Ermite à partir de 1095.

Pour le Trégor-Goëlo, les édifices religieux qui conservent de nos jours, des éléments qui datent de cette époque, sont vraiment peu nombreux. Citons, Lanmeur, Lanleff, Morlaix-Ploujean, Perros-Guirec, Plougasnou, Tréguier.

Établi sur les terres du petit manoir de la Ville-Rault, le Séminaire se dressa longtemps solitaire dans la campagne cessonnaise. Aujourd’hui, sa longue silhouette monacale à peine rompue par la verticale d’un clocher est inscrite dans le quartier de l’Europe.

Cette liste est loin d’être exhaustive. Il existe une multitude de pardons de paroisses et de chapelles.
N’hésitez pas à nous communiquer des pardons qui auraient été oubliés.

Au début du XXe siècle, après avoir été sauvé par un enfant du feu destructeur d’un vieux sacristain, voici revenu, grâce à la générosité de sa détentrice, Mme Francfort-Labbé qui avait conservé en mémoire son itinéraire, notre Saint Tugdual absent durant de très longues années de la chapelle Notre-Dame de La (...)

Les archivistes chargés de la gestion des documents produits par les organismes d’Église sont les garants de la conservation d’une mémoire collective : celle des communautés chrétiennes.

Source archives diocésaines de Saint-Brieuc 1825-1906 Le 20 novembre 1825 – enfin ! Mgr de la Romagère franchit le seuil de ce nouvel évêché que le Département avait acheté pour remplacer, convient-il d’ajouter, l’ancien évêché spolié par la Nation. C’était l’ancien hôtel de Bréhand. « Entrée sur la place, (...)

Le relais paroissial de Coadout remplace un panneau de contreplaqué par un tableau d’un artiste moderne.

L’hommage rendu par la nation aux victimes de la grande Guerre s’est traduit dans les années 1920 par une extraordinaire éclosion des monuments aux morts.

0 | 10 | Tout afficher