Lundi 13 octobre 2014

3 Questions à … Guillaume Caous

Curé de la paroisse de Tréguier à propos de la petite Saint-Yves

Pourquoi une petite Saint-Yves ?

Le petit pardon de Tréguier rappelle aux Trégorrois la translation des reliques de saint Yves. La fête liturgique est le 29 octobre mais on célèbre cette fête désormais le dernier dimanche d’octobre, le soir.

Quelle différence avec le pardon du 19 mai

Le 29 octobre 1347 en effet, suite à la canonisation du 18 juin précédent, le corps de saint Yves fut exhumé pour permettre la vénération des reliques. Cet événement exceptionnel fut souligné par la présence du Bienheureux Charles de Blois, alors prisonnier de son rival Jean de Monfort à la Roche-Derrien.
C’est lors de ce transfert que le chef de saint Yves fut mis dans un reliquaire à part pour son ostension lors des pardons.

A quelle référence catholique se réfère t on pour cette fête ?

Le chef de saint Yves est donc offert à la vénération des fidèles ce jour là et à l’issue de la messe, le chef de st Yves est porté en procession autour du cloître de la cathédrale. Les fidèles font la procession avec un cierge qui prolongera leur supplique une partie de la nuit près du tombeau.

La messe du petit pardon sera célébrée cette année [1] le dimanche 26 octobre à 18h00 à la cathédrale, suivie de la procession dans le cloître ; les fêtes seront présidées par le chanoine Michel Mazéas, curé de la cathédrale de Quimper.

Tu cujus cineres supplicibus pia
tutum praesidium, plebs colit osculis
caelo respiciens suppetias tuis
praestes, Yvo, clientibus.

Toi dont le peuple dévot vénère les restes de ses baisers pour obtenir la garde, Yves, d’un regard du ciel, viens au secours de tes fidèles.
(extrait de l’hymne liturgique de la translation)

Ré-écouter le Podcast RCF/Clarté Vie diocésaine : Benoît Gosselin, guillaume Caous curé de Tréguier à propos de la petite Saint-Yves.

[1(2014)