Mardi 3 décembre 2013 — Dernier ajout vendredi 6 décembre 2013

3 questions à… Yves Rio, délégué épiscopal à la Mission Ouvrière

La Mission Ouvrière fête Noël ce 20 décembre , accompagnée par notre évêque . Quelle place et quel sens lui donne-t-on aujourd’hui dans notre église diocésaine et dans l’Église toute entière ?

La Mission Ouvrière a été voulue et créée par les évêques de France en 1957 pour que la Bonne Nouvelle soit annoncée au monde des usines et des banlieues.
Suivant les diocèses : choix pastoraux, importance des mouvements tels que la JOC ou l’ACO -, la Mission Ouvrière a une réalité plus ou moins importante.
Dans notre diocèse, Monseigneur Moutel a souhaité que la Mission Ouvrière trouve une vitalité nouvelle, notamment en mettant en lien les mouvements, les associations, les personnes qui sont présentes dans le monde des quartiers, dans le monde du travail, mais aussi le monde de l’exclusion : dans ces lieux, comment la Bonne Nouvelle est-elle vécue, annoncée, célébrée ?
Plus concrètement, elle est implantée sur Saint-Brieuc ; à Guingamp, quelques personnes en portent le souci et espèrent la développer. Elle a vocation à naître dans les villes et leurs banlieues (Lannion, Lamballe, Dinan…) : c’est ce qu’on appelle des missions ouvrières locales (MOL) ; celles-ci sont regroupées dans un conseil diocésain de missions ouvrières (CDMO). Pour cela, il faut trouver quelques personnes relais qui vont d’abord se rencontrer puis apprendre à regarder ensemble comment l’Église est présente dans ces lieux qui lui sont souvent étrangers.

Depuis sa création, la mission ouvrière et/ou la pastorale du monde ouvrier, a évolué en direction des milieux populaires et de toutes les formes de pauvretés de notre société, sans oublier ceux auxquels elle était envoyée. Quelle est sa réalité aujourd’hui ?

Au moment de sa création, la MO regroupait essentiellement l’ACE, la JOC, l’ACO, les prêtres ouvriers, les religieux(ses) en monde ouvrier, le GREPO (puis depuis quelques années, les diacres en monde ouvrier). À travers ses diverses composantes, elle voulait être présente au monde du travail, des quartiers. Depuis une dizaine d’années, elle porte aussi le souci du monde de l’exclusion (chômeurs, prisonniers, migrants, Roms, gens du voyage, demandeurs d’asile…), avec le désir d’y rendre présente l’Église.

Une rencontre nationale de la MO aura lieu à Lourdes en 2015. Cette rencontre sera précédée en 2014 d’une redéfinition de sa feuille de route, en lien avec les évêques qui l’accompagnent.

Noël : c’est Dieu mis au monde. Est-ce encore aujourd’hui , comme le propose le message de Noël 2013, un CADEAU, une ESPERANCE ?

Pour le croyant, cela ne fait pas de doute. Jésus nous révèle le vrai visage de Dieu, et c’est un visage d’amour, celui d’un père pour ses enfants. Nous n’avons pas à avoir peur de Dieu. Nous pouvons regarder l’avenir avec confiance, même au cœur de la souffrance, car Jésus ouvre le chemin et son Esprit nous accompagne. Mais pour celui qui vit dans la misère, l’exclusion, la prison, l’exil, Noël ne sera un cadeau que s’il rencontre sur sa route quelqu’un qui se fait proche, une main qui se tend, une oreille qui écoute, un cœur qui s’ouvre. Naissant dans le monde de l’anonymat et des petits, Jésus s’est rendu proche d’eux : voilà le cadeau que Dieu leur a fait et fait à notre humanité. Saurons-nous faire ce même cadeau aux laissés-pour-compte de notre société ? Car c’est à nous, ses disciples de lui donner un visage aujourd’hui, de lui donner vie là où il est absent

Contact : Mission Ouvrière
Maison diocésaine
7 Rue Jules Verne
22000 Saint-Brieuc
yves.rio4 chez wanadoo.fr