Lundi 2 octobre 2017 — Dernier ajout lundi 4 septembre 2017

Avec Pascal Balmand, réenchanter l’école

Secrétaire général de l’Enseignement catholique, Pascal Balmand était l’invité de la rentrée des chefs d’établissement, le lundi 28 août, au lycée du Sacré-Cœur, à Saint-Brieuc. Il leur a expliqué la démarche du réenchantement scolaire qu’il a engagée depuis deux ans.

Depuis qu’elle existe, l’école catholique a toujours trouvé sa raison d’être dans la recherche de réponse aux besoins de la société. Aujourd’hui, le besoin premier n’est pas de scolariser tous les enfants, mais c’est un besoin de lien, de sens, d’espérance.
Pour quoi ce mot ?
Pourquoi vouloir réenchanter l’école ? En 1985, le sociologue Marcel Gauchet publiait « Le désenchantement du monde » (Folio essais) sur la sécularisation de nos sociétés occidentales. Le désenchantement, c’est la perte d’unité, de cohérence de nos identités individuelles et collectives par la sortie des religions.
Nos existences individuelles sont en effet de plus en plus éparpillées. Réenchanter, ce n’est pas d’abord redonner du « peps » à nos écoles, mais de ré-unifier, aller davantage au cœur de la mission de l’école catholique qui est d’éduquer à l’espérance, éduquer dans l’espérance.
Comment faire ?
Je ne vous propose pas de programme clé en main, mais simplement une invitation la créativité et à la liberté. Une invitation à penser, explorer, partager. Penser, pour lire les signes des temps : quel est ce monde aujourd’hui ? quels sont ses besoins et comment l’Enseignement catholique peut-il lui apporter des réponses ? Explorer : quelle est la capacité de créativité que nous nous donnons pour apporter la meilleure pédagogie aux jeunes ? Partager pour faire vivre notre maison commune : que l’école catholique soit davantage une école de l’écoute et du dialogue. Quelle est notre capacité à faire place à la parole de l’élève ? Je me souviens de cette phrase dans le livre d’Isaïe : « Tu as du prix à mes yeux et je t’aime. » Sommes-nous des adultes capables d’écouter nos élèves parce qu’ils ont du prix à nos yeux ?
Les effets bénéfiques
Dans les discussions que j’ai pu avoir depuis le lancement du conseil du réenchantement, en 2015, j’entends souvent la même chose : les équipes éducatives ont découvert que cette démarche pouvait être un levier pour rassembler ce que se vivait déjà dans les établissements et trouver davantage de lien, d’allant.
Un message pour l’Enseignement catholique des Côtes-d’Armor
J’ai besoin de vous ! Parce qu’en Bretagne vous êtes les héritiers d’une école catholique forte, rayonnante, présente, complètement intégrée au paysage, plus que dans n’importe quel autre territoire national. L’Enseignement catholique a besoin de votre vitalité.

Pour aller plus loin : lire la rubrique consacrée chaque mois à l’Enseignement catholique dans la revue diocésaine Eglise en Côtes d’Armor.

pascal balmand