Jeudi 3 janvier 2013 — Dernier ajout dimanche 6 janvier 2013

Diaconia 2013, La pierre rejetée des bâtisseurs est devenue la pierre d’angle

Cette phrase de l’évangile… fera le titre du rassemblement Diaconia 2013 à Lourdes.
Bâtisseurs de la fraternité durable nous sommes appelés à vivre concrètement la fraternité.

Le conseil national pour la solidarité a lancé en janvier 2011 la démarche « Diaconia 2013 « Servons la fraternité », dont le but est de remettre le service du plus pauvre au cœur de la vie de chaque communauté chrétienne, de chaque chrétien mais aussi de pouvoir dire à la société civile que vivre la fraternité est possible.

Pour que notre diocèse participe à cette démarche Mgr Moutel a constitué au printemps 2011 un comité de pilotage diocésain composé de :

Sœur Odile L’Hostellier (Querrien), Mesdames Annick Bertho, Nathalie Bossy, Brigitte Le Roux, Marie Paule Trémoureux, Les Diacres Luc Rey et Jean Claude Lemercier diacre, Abbé Jean Marc L’Hermitte, Abbé Gérard Nicole.

Ce comité de pilotage se réunit deux heures chaque mois, et chaque mois il publie une page dans Eglise en Côte d’Armor.

En 2011-2012, les chrétiens ont été invités à repérer les situations de fragilité et de pauvreté, à valoriser les solidarités existantes et à expérimenter la fraternité entre tous. Les témoignages recueillis ont été retranscrits dans des livres blancs « des fragilités » et « des merveilles ».

Quelques groupes Diaconia 2013 ont vu le jour dans les paroisses. Ce thème a fait l’objet de plusieurs rencontres (en paroisses, dans les formations diocésaines, parmi les communautés religieuses). Plus de 50 témoignages nous ont été rapportés. Aujourd’hui ils commencent à être saisis un par un, un support pourra circuler dans les paroisses. Cette première année nous a amenés à faire se croiser la Parole de Dieu et le service. Nous y avons été aidés par le hors – série de Prions en Eglise (toujours disponible).

En 2012-2013, à moins de sept mois de l’événement, nous avons relancé notre démarche avec une triple proposition d’animation :

  • favoriser le partage de la Parole de Dieu entre chrétiens dont des personnes plus fragiles.
  • permettre à des groupes caritatifs, humanitaires, confessionnels ou pas de se rencontrer, de se visiter.
  • Entendre de manière renouvelée, au cours de l’homélie dominicale, quelques scènes de l’évangile de Luc, l’évangéliste de la miséricorde.

Nous aimerions souligner le lien entre la diaconie, le service et les célébrations chrétiennes, notamment eucharistiques (aidé par le petit livret Magnificat).

En ce début d’année, la relance des groupes, des paroisses est plus difficile, d’autant que le Groupe de pilotage doit aussi se concentrer, non plus seulement sur la démarche mais aussi sur la rencontre, l’événement Diaconia 2013.

Les 9-10-11 mai 2013 Une délégation de 160 personnes pour notre diocèse vivra le rassemblement à Lourdes. Comment composons-nous notre délégation ? Nous aimerions que notre manière de faire soit exemplaire de la démarche Diaconia 2013 elle-même.

Nous appelons actuellement une douzaine de personnes vivant ou ayant vécu la précarité à être des ambassadeurs de cette démarche là où ils sont. Ils sont également inviter à appeler chacun une personne avec laquelle ils aimeraient vivre cette expérience .D’autres personnes en situation de fragilité sont également conviées à ce rassemblement. C’est seulement lorsque nous aurons invité ces 40 personnes en situation de fragilité, de pauvreté ou de précarité que nous appellerons d’autres personnes venant des paroisses ou services et mouvements. Ainsi nous serons sûrs de n’avoir oublié personne….à commencer par les plus pauvres.

Les 15 et 16 octobre derniers à Nevers, une rencontre nationale a permis de jeter les fondations du rassemblement de l’Ascension 2013 qui permettra de mettre en commun les expériences et de définir les moyens de poursuivre la démarche Diaconia dans les diocèses. La réflexion, le premier jour, du Groupe « Place et Parole des Pauvres » relue sur le plan théologique par Elena Lasida, enseignante à l’Institut catholique de Paris, a marqué les esprits et les cœurs. Sur les phrases d’Evangile (Mt 16, 13à 20) autour de la « Pierre d’angle », Laurence du groupe place et parole des Pauvres avait déclaré : « Les pierres vivantes, ce sont les pauvres. À partir des plus pauvres, tout peut se construire. Avec leurs fragilités, leurs souffrances, on peut reconstruire : on met une pierre d’angle, puis une autre, et une autre, et ainsi on construit. »

Dans notre diocèse nous avons aussi un Groupe « Place et Parole des Pauvres » Des personnes en situation de précarité pensent, travaillent, réfléchissent en même temps que le Comité de pilotage afin de croiser leurs savoirs. Depuis un ans, un groupe de dix personnes dans notre diocèse, venant du Grenier du Secours Catholique et de Pierre d’Angle- Chrétiens Quart Monde, du quartier de Glinglin et Balzac se préparent à ce rassemblement. Ce seront eux les ambassadeurs avec deux autres personnes du Village St Joseph de Plounévez-Quintin.

Le samedi 25 novembre nous avons échangé, entre le Comité de pilotage et le Groupe «  Place et parole des pauvres » sur ce que nous comprenons et disons de Diaconia 2013 autour de nous, sur notre mission d’ambassadeur et comment nous voyons la constitution des délégations en fraternité de 6 personnes : cellules où se vivra la diaconie pendant la rencontre à Lourdes.

Aujourd’hui nous pouvons dire que pour vivre la démarche Diaconia il nous faut être « ensemble  » en créant des espaces de rencontre entre des personnes qui ne se rencontrent pas d’habitudes, avec les absents ; « l’égalité ce n’est pas avoir les mêmes choses que les autres, c’est être capable de faire communauté ensemble ; on se sent égal quand on a vraiment une place dans la communauté » en vivant le « pardon  » en quittant le jugement, les dualités opposées, en étant en relation d’égalité. Pardonner c’est quand on est capable de faire communauté ensemble. Diaconia 2013 est un message que tout le monde peut faire sien pour en devenir le messager. Nous aimons dire que Diaconia 2013 nous aide à évangéliser nos relations.

Pour Elena Lasida, le développement durable c’est d’avoir besoin de l’autre pour construire ensemble. C’est ce que l’on fait avec le groupe « Place et Parole des pauvres  ».

Si nous allons à Lourdes c’est, dans un premier temps, pour mieux recevoir 13000 personnes attendues à ce rassemblement. Mais si nous sommes à Lourdes nous ne pouvons faire l’impasse de la figure de Bernadette « Voyez ce que Bernadette a apporté à l’Eglise, personne n’est trop pauvre pour qu’il n’ait rien à apporter  », commentera le Père Housset. Mais attention « aux risques d’enfermement… et à ne pas nous concentrer sur les pauvretés qui se voient. Nos communautés doivent s’interroger : qui sont les pierres d’angle aujourd’hui dans notre société ?  », a lancé en conclusion de la rencontre de Nevers, François Soulage président du Comité de pilotage de Diaconia.

Le groupe Place et Parole des Pauvres a bien compris que le rassemblement de Lourdes n’est qu’une étape dans notre vie chrétienne, et que leur mission d’ambassadeur sera surtout importante après : nous aider à ne pas oublier les plus pauvres et les plus fragiles demeurent les pierres d’angle de nos communautés et de nos célébrations.

Le comité de pilotage Diaconia 2013