Mercredi 15 janvier 2014

Dimanche 19 janvier 2014 - Journée mondiale des Migrants et des Réfugiés

Affiche Journée des migrants & Réfugiés 2014
Affiche Journée des migrants & Réfugiés 2014

Cette année sera la centième fois que l’Eglise Universelle fera de cette journée un temps fort de prière, de partage, d’engagement et de fête.

Oui, déjà cent ans ! En 1914 le Pape Benoît XV, ayant en vain essayé de mettre en place une procédure internationale d’arbitrage pour restaurer le primat du droit sur la force des armes, à la veille du premier conflit mondial, instaure la Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié, dont la date de célébration est laissée à l’initiative des Evêques et des diocèses. En 2004, le Pape Jean-Paul II décide que cette journée sera célébrée partout, tous les ans ,à la même date, c’est à dire le deuxième dimanche après l’Epiphanie.

Le 19 janvier 2014, l’Eglise universelle célèbre donc pour la centième fois cette journée. Elle proclame sa foi en Jésus Christ, visage d’amour de Dieu, Père de tous les humains de toute origine, culture et langue, et renouvelle ses engagements en faveur de la reconnaissance et du respect de la dignité humaine des Migrants et des Réfugiés.

Pour cette journée, le Pape François offre à toute l’Eglise comme message de prière et de partage :
« Migrants et Réfugiés, vers un monde meilleur ». Le projet de Dieu pour ce monde s’est incarné en Jésus Christ, le témoin de la commune-union avec le Père et l’Esprit et, en même temps, l’artisan de la commune-union de Dieu avec l’humanité toute entière. Il s’agit en effet de marcher tous ensemble vers un monde diversifié qui manifeste une qualité de vie (destination universelle des biens et des richesses pour tous ), une qualité de relation par un service fraternel face à l’indifférence, une qualité de communion par l’accueil, la reconnaissance mutuelle, le dialogue et la construction d’un monde pour tous.
A l’occasion de la journée de la journée mondiale du Migrant et du Réfugié (JMMR) toutes les communautés chrétiennes sont invitées à ouvrir les portes de leur accueil aux Migrants et à leur famille, aux demandeurs d’asile, aux mineurs isolés qui arrivent de plus en plus fréquemment en Europe, et aux femmes migrantes victimes de maltraitances et qui sont pratiquement réduites en esclavage ; cette régression humanitaire préoccupe particulièrement le Pape qui écrit : «  à la solidarité, à l’accueil, aux gestes fraternels s’opposent la discrimination, le trafic de l’exploitation, de la souffrance et de la mort … Ces façons de maltraiter des personnes et de les réduire pratiquement en esclavage sont très préoccupantes. Le « travail d’esclave » est aujourd’hui monnaie courante. »

Alors, venons participer à ces Fêtes des Peuples qui auront lieu chez nous :

  • le samedi 18 janvier à Lannion, à l’église Saint Yves, voir le bel article écrit par le Père Edgar Dahoui, prêtre du Bénin au service de la paroisse de Lannion dans « Eglise en Côtes d’Armor » de janvier à la page 11. Un message plein d’espérance de fraternité et de joie.
  • le dimanche 19 janvier à Saint-Brieuc, en trois étapes :

- le matin à 10h30, à l’église Sainte Thérése : Eucharistie présidée par Mgr Denis Moutel.

- le midi, apéro de l’amitié dans la salle de la Source, près du presbytère de la cathédrale place Poulain Corbion, suivi du repas partage (chacun, s’il le peut, apporte un plat à partager)

- après midi, toujours à la Source : témoignages, échanges et partages autour de la vie des migrants chez nous. Fin de la journée vers 17 heures.

Que nous puissions venir ou pas à ces fêtes du 18 et 19 janvier, peut être pourrions-nous prendre un peu de temps pour lire et se laisser interroger et prier avec ces mots du Pape dans son exhortation apostolique « La joie de l’Evangile » :

(n° 210) « Les migrants me posent un défi particulier, parce que je suis Pasteur d’une Eglise sans frontières qui se sent mère de tous. »

  • Où en sommes-nous concrètement sur ce chemin ?
  • Vers quoi ce souci du Pape nous engage-t-il ?

(n°42) Annoncer l’Evangile nous demande (avant tout) de nous « situer dans l’attitude évangélisatrice qu’éveille l’adhésion du cœur avec la proximité, l’amour et le témoignage. »

  • Comment sommes-nous attentifs et accueillants à tous ceux et celles, croyants ou non, migrants et non-migrants, qui vivent et témoignent de cette proximité et de cette fraternité au quotidien au milieu de nous ?
  • Et nous, comment pouvons-nous vivre davantage cette proximité et cette fraternité ?

Bonne journée de prière et de fraternité en union avec les Migrants et les Réfugiés.

Aller plus loin :