Ecclesia 22
Mercredi 12 octobre 2011 — Dernier ajout samedi 15 octobre 2011

Envoi de la journée Ecclesia 22

info document -  voir en grand cette image
  1. Merci, oui merci, d’être venus de toutes les paroisses du diocèse et d’autres lieux d’Eglise pour partager ces « initiatives nouvelles ». Cela signifie que l’annonce de la foi est l’affaire de tous. Il n’y a pas d’âge pour connaître le Christ, il n’y a pas d’âge pour le faire connaître. La responsabilité catéchétique n’est pas en dehors de la communauté chrétienne, mais en son cœur. Oui nous voulons nous inscrire dans cette orientation donnée par les évêques en 2006. Je rends grâce à Dieu qu’avec Mgr Lucien FRUCHAUD notre diocèse ait fait, avec courage et audace, ce choix de l’initiation chrétienne, en travaillant à un projet diocésain de catéchèse : Ecclesia 2007 est devenu Ecclesia 22.
  2. L’Eglise est heureuse, l’Eglise grandit dans la confiance quand elle annonce la foi qu’elle a elle-même reçue. Il est bon que nous nous remettions souvent devant l’appel de Dieu, en présence du Christ, sous l’action de l’Esprit Saint… pour nous étonner et nous émerveiller du don de Dieu. C’est la prière de ce dimanche, qui ouvrait l’Eucharistie : « que ta grâce nous devance et qu’elle nous accompagne toujours ». Pour annoncer le Christ, nous voulons vivre du Christ. Les aînés dans la foi doivent recevoir pour eux-mêmes le pain de ce jour : le ressourcement et la formation, l’écoute de la Parole et le chemin de conversion. Je rends grâce à Dieu pour l’effort de formation chrétienne, qui est une « marque déposée » de notre diocèse. Je rends grâce à Dieu pour l’ouverture récente de l’école des catéchètes. Oui nous peinons, oui nous doutons parfois, mais c’est sur ta Parole, Seigneur, que je vais sortir, même de nuit, c’est sur ta Parole que nous repartons toujours au large pour jeter les filets.
  3. Oui, la foi chrétienne est une expérience à vivre. Si elle était seulement contenue dans un livre, il suffirait d’en faire une très large communication. Mais la foi est donnée par Dieu, portée par des témoins, dans la Parole reçue et les sacrements donnés. Vivre avec le Christ, cela s’apprend, avec les autres dans la communauté rassemblée : apprendre à écouter, apprendre à prier, apprendre à recevoir les gestes du Christ dans la liturgie, apprendre à servir dans la vie du monde, particulièrement les plus pauvres… tandis que nous apprenons, tandis que nous cheminons, nos yeux s’ouvrent et nos cœurs sont tout brûlants. Et nous comprenons alors que le Seigneur marche avec nous et nous recevons, avec la Vierge Marie, la salutation qui ouvre toute célébration : « Le Seigneur est avec toi » … « Le Seigneur soit avec vous ! »
  4. Souligner la dimension d’initiation dans l’annonce de la foi, cela ne signifie pas que l’on accorderait moins d’importance aux contenus. Le chemin d’initiation chrétienne sollicite largement les capacités de l’intelligence et le désir de vérité qui est déposé en chacun de nous par le Créateur. Je crois qu’il y a des âges de la vie où l’annonce de la foi doit être suivie d’une catéchèse qui permette de déployer le mystère chrétien de façon plus complète et d’impliquer la raison dans la croissance de la foi. Je pense particulièrement aux jeunes et à leur soif très repérable, notamment au moment des grandes catéchèses des JMJ. Je me réjouis de ce que le parcours Béthanie puisse ouvrir cette année pour les jeunes, avec ce point d’attention particulier.
  5. Accueillis par le Seigneur, soyons accueillants en son nom. Comment dire aux nouveaux-venus que nous sommes franchement heureux qu’ils soient là ? Sans leur tomber dessus, nous leur proposerons une juste place. Si c’est le jour de la confirmation des jeunes, par exemple, nous n’allons pas nous enfuir ; quand on s’enfuit … regardez Jonas, on finit toujours par se faire manger tout cru, par les tempêtes et les tourments. Et si le dimanche est un peu « autrement » ou « en chemin », nous consentirons (pas toujours, il n’y a pas de 100 % ! et nous sommes devenus « mobiles), nous consentirons le temps qu’il faut pour que le Seigneur passe au milieu de nous par sa Parole et par sa vie donnée à tous.
  6. Parce que la foi n’est pas une aventure solitaire, nous serons particulièrement vigilants sur toutes les missions qui sont confiées dans la communauté. Il faut nous en réjouir, estimer profondément ce qui est confié à quelqu’un d’autre, car ce qui est demandé à chacun, c’est toujours pour le bien de tous. Sachons aussi relire ces missions, les remettre le moment venu, remercier les conjoints, les communautés religieuses qui nous permettent de nous y engager et qui nous soutiennent. Parce que les dons de la grâce sont variés, nous voulons nous réjouir aussi de la diversité des charismes. Il nous faut sans cesse établir des ponts, compter aussi avec les autres, demander à chacun (à un service, à une communauté, à un mouvement) ce qu’il saura peut-être mieux faire que nous. Personne n’est de trop pour l’évangélisation.
  7. Enfin, je demande à chaque paroisse qu’elle poursuive l’écriture, simple et adaptée à sa situation, d’un projet catéchétique de communauté, qui soulignera les accents choisis et les moyens mis en œuvre. Nos moyens sont modestes, le temps nous manque souvent, il ne faut pas oublier de se reposer … mais laissons le Seigneur monter dans notre barque, offrons lui nos outils et nos personnes. Il ne les méprise pas, il a choisi d’en avoir besoin. Il est sur la barque de l’Eglise. Il nous conduit vers le Père par la force et la liberté que donne l’Esprit Saint.

À Quessoy, le 9 octobre 2011

+ Denis Moutel
évêque de Saint-Brieuc et Tréguier