Anjela Duval, 1905-1981
Jeudi 10 novembre 2011

Fête et messe pour Anjela Duval au Vieux-Marché

Le dimanche 6 novembre, 30 ans pour ainsi dire après ses funérailles, une grande fête a été organisée en mémoire d’Anjéla Duval, célèbre poétesse trégoroise, dans sa commune natale où elle a vécu toute sa vie, de 1905 à 1981 : le Vieux-Marché.

Une statue pour la poétesse du pays

info document -  voir en grand cette imageUne statue de granit, œuvre de Roland Carrée, a été érigée sur la place du village, le nom de la poétesse étant gravé sur le socle. Un peu à l’écart, une autre petite statue : des chiens jouant ensemble. N’oublions pas qu’Anjéla vivait dans sa ferme de Traoñ-an-Dour, seule avec trois chiens auxquels elle avait appris quelques tours amusants. C’est pour cette raison que l’association organisatrice s’est appelée « Les chiens de la place Anjéla-Duval ».

Tout ceci nous rappelle qu’Anjéla était proche des animaux, de la terre, de la nature en général… sans oublier son Créateur, car Dieu a une grande place dans l’œuvre de l’écrivaine.

Une belle messe

info document -  voir en grand cette imageVoilà pourquoi une messe fut célébrée pour le 30e anniversaire de ses obsèques. Six prêtres ont concélébré, dont Yann Talbot, Marcel Derrien, Christian le Meur (curé de Plouaret) et Guillaume Caous. Ce dernier, dans son homélie, établit le lien entre les vierges sages de l’évangile (Mt 25, 1-13) et la vie d’Anjéla : celle-ci aussi fut une veilleuse, gardant en son cœur les trésors de la Sagesse : « elle a cherché la beauté de la vérité, du bien, donnant l’exemple d’une vie paisible, sans se croire au-dessus des autres, au contact des sacrements » Elle était sans doute inspirée par « l’huile de la vie intérieure ; à nous de rester éveillés comme elle l’était. Osons trouver la Sagesse en ce monde ».

Une belle messe, donc, tout en breton, dans une église pleine de fidèles priant de tout cœur : quel bonheur d’entendre la foule chanter « La foi de nos ancêtres… nous la garderons toujours ! » Et puis ce fut la bénédiction de la statue neuve.

Le reste de la journée fut dédié à la musique, à la danse, et aux poèmes d’Anjéla chantés ou lus par des personnes de tous âges, parmi lesquelles un bon nombre d’enfants.

Merci à tous

Merci aux élus qui sont venus le matin pour la cérémonie officielle autour de la statue. Merci à tous ceux qui, grands ou petits, sont venus chanter, lire, et écouter les œuvres d’Anjéla. Merci à l’association Chas Plasenn Añjela-Duval (Les chiens de la Place Anjéla-Duval), présidée avec esprit par Sébastien le Guillou, pour avoir mis sur pied une fête si émouvante, fête de la fidélité et de l’amitié. Merci encore à toutes celles et à tous ceux qui ont donné leur temps et leurs bras pour préparer les repas, les salles, l’accueil… Tout fut simple, beau et profond. Comme la poétesse de Traoñ-an-Dour (le Bas de l’eau).

Traduit du breton par l’auteur Jef philippe.