Mercredi 27 mars 2013 — Dernier ajout jeudi 6 mars 2014

Homélie pour la messe chrismale 2013

Mardi Saint 26 mars 2013 à la cathédrale Saint Etienne de Saint-Brieuc

La messe chrismale est un grand moment pour la vie du diocèse. Notre évêque, Mgr Denis Moutel a offert l’homélie après l’évangile. Ecoutez l’enregistrement réalisé par RCF Clarté ou retrouvez ses notes.

Nous sommes entrés dans la grande Semaine Sainte. La célébration diocésaine de la messe chrismale nous inscrit au cœur du mystère du Christ et nous remet, chaque année en présence du don de Dieu :
« Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout …  » (Jn 13,1). Cette introduction au geste du lavement des pieds, que nous vivrons le jeudi saint, est une parole fondatrice pour notre vie chrétienne. Ce jusqu’au bout de la mission du Fils bien-aimé, nous en ferons mémoire dans la Passion de Jésus proclamée, méditée et suivie, le vendredi saint. Par cet amour « qui va jusqu’au bout », Dieu nous rend participant de la victoire du Christ sur le péché et la mort, nous le vivrons dans la nuit de Pâques.

Vous êtes venus de toutes les paroisses et vous repartirez tout à l’heure avec l’huile sanctifiée pour les catéchumènes et pour les malades et aussi le chrême consacré pour le baptême, la confirmation et l’ordination des prêtres. Et tous ceux qui seront touchés par la Parole et les gestes sacramentels se trouveront eux-mêmes unis à Jésus, entraînés dans l’amour qui va jusqu’au bout. Les sacrements sont le don de Dieu !

Et vous, frères prêtres, vous êtes venus pour renouveler nos engagements et manifester visiblement autour de l’évêque que nous être ensemble, dans le presbyterium, les « intendants fidèles du mystère de Dieu ». Si nous sommes là, c’est à la suite de celui qui «  aime jusqu’au bout » et qui nous donne part à son ministère. La liturgie nous dit, dans la préface de la messe chrismale, que le Christ nous choisit « dans son amour pour ses frères ». Le ministère des prêtres est un don de Dieu pour tous. Frères et sœurs chrétiens, nous ne sommes pas sûrs d’avoir toujours su vous aimer, vous accueillir, vous encourager, vous servir, … mais nous comptons sur vous pour toujours accueillir les prêtres pour ce qu’ils sont : des envoyés du Seigneur, parce qu’ils sont porteurs de ses dons.

Je ne vous oublie pas, frères diacres, car vous portez également sacramentellement, en chair et en os, le Christ qui se donne en prenant la condition du serviteur et en annonçant la Bonne Nouvelle aux pauvres. Compte tenu du renouvellement très récent du ministère de diacre permanent, et comme pour le petit dernier d’une grande famille, il est bien possible que la belle liturgie de l’Eglise n’ait pas encore tout prévu pour manifester au cœur de cette semaine sainte la fidélité et la fécondité de votre ministère. Mais rien ne vous interdit de vous associer intérieurement à vos frères prêtres quand ils renouvelleront leur engagement.

Mais pour qui sont les sacrements, pour qui est le ministère des prêtres et des diacres ? Et vous-mêmes, qui formez le peuple de Dieu, peuple de prêtres, peuple de rois, à qui êtes-vous envoyés ? Et que devenez-vous par le baptême, la confirmation et l’Eucharistie ?
C’est l’Evangile de ce jour qui nous éclaire. Jésus reprend les mots du prophète Isaïe. Le Messie, le Christ, est celui qui reçoit l’onction du Père, celui en qui l’amour du Père prend toute la place, celui qui s’en trouve habité, imprégné, envahi : « L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a consacré par l’onction. »
Et que fait le Messie, le Christ ?
Et que fera donc le chrétien qui lui est uni ?
Il est envoyé « pour porter la bonne nouvelle aux pauvres, pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour annoncer aux prisonniers la délivrance et aux captifs la liberté, pour annoncer une année de bienfaits. » (Isaïe 61,1)

Les sacrements et les ministères sont donc les sacrements et les ministères de la miséricorde. Ils sont pour les pauvres, les souffrants et ceux qui acceptent de ne pas compter que sur eux-mêmes.
Nous savons que le pape François rappelle volontiers cet horizon de la miséricorde et de l’accueil qui doit être au cœur de notre mission. Il nous aidera à déployer toutes les conséquences de cette attitude fondamentale. D’abord en nous pour nous laisser conduire plus loin dans la liberté, plus loin dans la vérité, plus loin dans l’amour par l’amour infini de notre Dieu.

Dans le pèlerinage « Diaconia 2013 » ceux qui ont connu la pauvreté nous diront comment le Christ les as rendus plus libres et plus solidaires. Dans la présence fraternelle auprès des malades, dans le partage de l’Eucharistie et parfois dans l’onction sacramentelle qui leur est donnée, c’est le même mystère qui est là sous nos yeux, dans l’humilité et parfois la souffrance physique ou morale, Jésus ressuscité communique sa vie et son amour : je suis avec toi et je le serai jusqu’au bout

Comment vivons-nous, frères et sœurs, cette fécondité des sacrements du Christ ? Est-ce que nous disons : « oui, nous avons été baptisés » … ou bien plutôt « nous sommes des baptisés » ?
Et quand je dis à des jeunes confirmands, au nom du Seigneur « sois marqué de l’Esprit Saint, le don de Dieu » …, je vous assure, cela requiert votre présence prioritaire car c’est dans ces moments là qu’il faut prendre soin du corps du Christ qui s’édifie dans nos modestes histoires, c’est dans ces moments là qu’il faut dire : « des jeunes veulent être du corps du Christ … j’en suis moi-aussi et je vais essayer de les aider en leur demandant de donner, de prendre leur place dans la mission de la paroisse, dans la liturgie, dans des responsabilités auprès des plus jeunes.

Et, puisque, comme l’huile, l’onction fait briller les fronts et luire les visages, permettez-moi de finir par la joie en citant notre pape François –c’était dimanche dernier, dans l’homélie des Rameaux- :

« Ne soyez jamais des hommes et des femmes tristes : un chrétien ne peut jamais l’être ! Ne vous laissez jamais prendre par le découragement ! Notre joie n’est pas une joie qui naît du fait de posséder de nombreuses choses, mais elle naît du fait d’avoir rencontré une Personne : Jésus, qui est parmi nous ; elle naît du fait de savoir qu’avec lui nous ne sommes jamais seuls, même dans les moments difficiles »

Nous le vivons ensemble toute cette semaine.

+ Denis MOUTEL
Evêque de Saint-Brieuc et Tréguier

En photos

Ecoutez toute la célébration

Documents à télécharger