Mercredi 5 mars 2014 — Dernier ajout jeudi 6 mars 2014

Homélie pour le mercredi des Cendres.

Cathédrale Saint-Etienne de Saint-Brieuc, le mercredi 5 mars 2014

C’est à la Cathédrale Saint-Etienne de Saint-Brieuc que Mgr Denis Moutel a prêché le mercredi 5 mars 2014 lors de la célébration des cendres.

Frères et Sœurs, les cendres c’est ce qui reste quand tout a été consumé. Nous avons souvent regardé ce signe comme un rappel de notre condition précaire et de notre enlisement dans le péché.
Nous pouvons aussi les regarder en pensant au feu qui les a produites. Pour nous, c’est alors le feu de l’amour divin… Et le carême est alors comme le feu qui couve sous la cendre : l’amour de Dieu toujours offert.

L’Evangile de Saint Matthieu nous présente des moyens pour que nous puissions répondre au Seigneur qui nous appelle.
Une des préfaces de carême nous dit cinq choses :
« Chaque année, tu accordes aux chrétiens de se préparer aux fêtes pascales dans la joie d’un cœur purifié ; de sorte qu’en se donnant davantage à la prière, en témoignant plus d’amour pour le prochain, fidèles aux sacrements qui les ont fait renaître, ils soient comblés de la grâce que tu réserves à tes fils. » (première préface pour le carême)

1) Il faut commencer par la fin : le but, c’est d’être comblés de l’amour de Dieu, d’être ses enfants bien aimés.
Mais, comme dans tout entraînement, il faut d’abord considérer le but, le sens de ces pratiques. Et ce qui revient comme un refrain, c’est la mention du Père : il est présent et il voit.
Le premier sens du carême c’est de nous rappeler cette présence de Dieu, suivant ce que nous dit le pape François dans son message de Carême : « dans le Christ, qui s’est fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté, c’est l’amour divin qui est présent, qui est grâce, générosité, désir d’être proche et qui n’hésite pas à se donner … La charité, l’amour signifient partager en tout le sort du bien aimé. L’amour rend semblable, il crée une égalité, il abat les murs et les distances ». (Pape François, message pour le carême 2014)

2) Nous pouvons vivre cela en étant fidèles aux sacrements qui nous ont fait renaître. Et nous prions pour ceux qui se préparent à célébrer ces sacrements dans la nuit de Pâques : les 15 catéchumènes de notre diocèse.

3) Un cœur purifié… Ça, c’est le jeûne.
Reprendre conscience de nos dépendances, de nourriture, d’argent, d’internet, demander à être libéré d’une habitude qui nous détruit ou qui blesse le prochain. On peut jeûner aussi de toutes ces paroles mauvaises qui habillent parfois les autres pour l’hiver ! A chacun de chercher comment son cœur pourra être purifié.
Confiez au Seigneur une chose qui vous enchaîne actuellement. Demandez-lui de vous libérer, de vous guérir et de continuer pendant le carême. Je le fais avec vous.

4) Se donner davantage à la prière :
Le premier moyen de cette proximité avec Dieu et avec les autres, c’est la prière. Accueillons la présence de Dieu tous les jours de ce temps de préparation à Pâques. Ecoutons encore le pape François : « Si nous estimons ne pas avoir besoin de Dieu, qui nous tend la main à travers le Christ, car nous pensons nous suffire à nous-mêmes, nous nous engageons sur la voie de l’échec.  » (Pape François, message pour le carême 2014)
Oui la prière élargit notre cœur, purifie nos attentes et nos désirs, nous rend plus attentif aux autres. La prière est une respiration indispensable de nos journées. Alors, soyez généreux, en ce début de carême : 10 minutes, le matin ou le soir ou bien davantage si vous êtes déjà entrés dans cette expérience de la prière. Dix minutes pour que Dieu soit le premier servi, pour répondre à son amour premier.
En pensant à tout ce temps que vous lui donnerez, donnez-lui déjà maintenant une minute pour l’inviter dans votre cœur, dans votre vie, dans votre carême. Je le fais avec vous.

5) Témoigner plus d’amour pour le prochain. Le carême est un moment favorable pour se rapprocher des autres, pour manifester de l’attention, donner de la présence et du temps.
Le pape François nous encourage et note la beauté de cet engagement : « Il est beau d’expérimenter la joie de répandre cette bonne nouvelle, de partager ce trésor qui nous a été confié pour consoler les cœurs brisés et donner de l’espérance à tant de frères et de sœurs qui sont entourés de ténèbres. Il s’agit de suivre et d’imiter Jésus qui est allé vers les pauvres et les pécheurs, … avec tout son amour. » (Pape François, message pour le carême 2014)
Demandez maintenant au Seigneur de vous désigner lui-même la personne dont vous allez prendre soin. Cette personne n’en saura rien, mais Dieu le sait et nous aussi. Je le fais avec vous.

Frères et sœurs, les propositions de l’Eglise seront nombreuses, dans nos paroisses. Je vous invite à lire ensemble la lettre du pape François « la joie de l’Evangile ».
Je vous invite à vous approcher du sacrement de la Réconciliation. Ne comptons pas sur nos seules forces.
Soyons disponibles pour accueillir tout ce que le Seigneur veut nous donner : qu’il nous prépare aux fêtes pascales « dans la joie d’un cœur purifié ». !

+ Denis MOUTEL
Evêque de Saint-Brieuc et Tréguier.

Lire aussi :

Documents à télécharger