Mercredi 28 janvier 2015 — Dernier ajout jeudi 29 janvier 2015

Ils sont appelés à développer des talents

Du 25 au 30 janvier, 60 prêtres du diocèse de Saint-Brieuc & Tréguier sont réunis par leur évêque, Mgr Denis Moutel, pour une session de travail à la maison mère des Filles des la Divine Providence à Créhen.
Cette session de travail a pour objet la fonction d’animation et de conduite d’une communauté, ce que la tradition théologique et canonique appelle la charge de gouvernement. Cette session est animée par l’organisme Talenthéo qui regroupe des formateurs et consultants chrétiens.

Ils en parlent :

Mgr Denis Moutel, évêque de Saint-Brieuc & Tréguier

IMG 1551 5

L’idée de cette session était d’aider les prêtres en activité dans la dimension pastorale du ministère. Le pasteur est celui qui accompagne et qui doit stimuler la vie de la communauté. La dimension pastorale possède également la dimension de gouvernance, de la conduite d’une paroisse, de ceux qui témoignent du Christ dans la paroisse et dans le monde depuis les différents services.
Dans cette session que nous vivons actuellement et jusqu’au jeudi 29 janvier, nous sommes aidés par des coachs professionnels. Leur présence nous aide. Ils sont tous issus du monde de l’entreprise. Il est d’ailleurs important pour nous de pouvoir les écouter car même si l’Eglise n’est pas une entreprise, dans l’Eglise comme dans les entreprises nous fonctionnons avec des Hommes et des Femmes qui réagissent avec les mêmes émotions, qui appliquent la même intelligence et le même cœur à des objets bien que différents mais dans des méthodes communes. Ce sont en effet les mêmes méthodes qui sont utilisés pour apaiser, pour se mettre ensemble pour rechercher une solution ou encore pour déléguer. Moi, comme nous tous ici, nous sommes appelés à nous appuyer sur les talents de toutes les personnes avec qui nous collaborons.

Abbé Christian Le Meur, curé de Chatelaudren

IMG 1790

Je retiens que dans ma paroisse et pour mon propre ministère je dois à la foi révéler mes talents et aussi ceux de mes paroissiens qui ont des responsabilités afin que l’ensemble de la paroisse puisse avancer. Les talents, nous en avons tous, il s’agit simplement de les déceler. Je retiens également de ce temps de formation qu’il ne faut pas se décourager. C’est de plus en plus difficile d’être curé d’une paroisse, le monde d’aujourd’hui n’est pas forcément chrétien et il nous faut proposer la foi dans cette société avec ce que nous sommes et ce que sont les gens.
Dans cette session, j’ai entendu beaucoup d’initiatives intéressantes. Cela me donne des idées car certaines d’entre-elles sont réutilisable dans notre paroisse. Je pense à la mise en place de nouvelles équipes pour renouveler la liturgie, pour renouveler la prière communautaire, pour organiser des fêtes,… surtout pour aller à la rencontre du monde. Dans notre société actuelle, il nous faut aller à la rencontre du monde qui nous entoure. Ce monde semble parfois oublier qu’il était chrétien. De nombreuses personnes oublient qu’elles ont été baptisée. Pour ces personnes là, ce qui a été semé un jour n’est pas forcément enfoui définitivement. A nous de réveiller ce qui est semé… et ensuite pouvoir se réjouir de tout ce qui pousse. Comme pasteur, je travaille à la vigne du Seigneur. C’est lui qui travaille dans le cœur des personnes qui vivent dans la paroisse qui m’est confiée.

Sur la Toile