Communauté du Chemin Neuf
Vendredi 27 mai 2011 — Dernier ajout mercredi 14 septembre 2016

« J’aime la lumière de Boquen »

Le P. Didier Moreau, 48 ans, est chapelain de l’abbaye de Boquen depuis douze ans. Il raconte la façon dont il s’adapte à la présence d’une communauté nouvelle dans une abbaye qui connaissait la vie contemplative depuis 35 ans.

Le choeur de l'Eglise de Boquen
Église en Côtes d’Armor : Vous vivez à Boquen depuis 1999. Comment avez-vous vécu la transition entre le départ des moniales et l’arrivée du Chemin Neuf ?
P. Didier Moreau : J’étais prévenu du départ des religieuses depuis deux ans et je m’y suis préparé intérieurement. C’est vrai qu’en quelques mois je suis passé d’une vie contemplative à une vie plus apostolique. Avec l’arrivée du Chemin Neuf, j’ai reçu des frères et des sœurs avec qui je chemine maintenant et cela se passe très bien.

ECA  : Est-ce la même chose d’être l’aumônier de moniales et accompagner les membres d’une communauté nouvelle comme le Chemin Neuf ?
P. Didier Moreau : C’est très différent dans la mesure où nous avons, avec les deux couples du Chemin Neuf, une vie fraternelle plus développée. Nous prenons nos repas du midi ensemble, nous préparons les offices : c’est très enrichissant pour moi ! La vie de prière perdure avec les Laudes le matin, l’Eucharistie à midi, les vêpres le soir et l’adoration du Saint Sacrement de 14h à 18h.

ECA  : Quelle est votre mission auprès du Chemin Neuf ?
P. Didier Moreau : Cette abbaye de Boquen est maintenant la maison du Chemin Neuf en Bretagne. L’essentiel de ma mission sera de permettre aux membres de la Communauté de s’y ressourcer, y trouver la paix et la force pour les lieux où ils sont envoyés. Le plus important pour moi sera de témoigner de la vie fraternelle que nous essayons de vivre ici, cette unité que l’on essaye de recevoir du Christ, et bien sûr d’être à l’écoute des attentes des groupes, des personnes qui viennent nous rencontrer.

ECA  : Vous êtes prêtre du diocèse de Rennes. Dans quelles conditions êtes-vous arrivé à Boquen ?
P. Didier Moreau : Je suis arrivé ici à la Toussaint 1999, pour prendre la suite du Père Lagoutte. Lorsque je me suis ouvert à Mgr Saint-Macary, mon évêque d’alors, de l’appel intérieur de vivre à Boquen, il m’a répondu : « Si cela vient du Seigneur, je ne peux pas aller contre. » Une parole qui me donnait la liberté de m’installer ici. Il m’avait proposé de faire un point au bout d’un an… et déjà douze ans que l’aventure continue !

ECA  : Quel est votre attachement à Boquen ?
P. Didier Moreau :J’ai toujours été attiré par ce lieu de paix, entouré de forêts. J’aime particulièrement le silence, la nature extraordinaire, la lumière, cette chapelle que les sœurs nous ont laissée. Ceux qui viennent prier ici ressentent cette paix. Ils viennent - incognito souvent – se ressourcer, déposer parfois leur fardeau. Avec la Communauté du Chemin Neuf, quelque chose de neuf va grandir dans ce lieu. Nous avons reçu des sœurs, mais aussi de plus loin. Que nous puissions ensemble faire fructifier cet héritage.

Propos recueillis par Aude Bracq

Article publié dans le numéro 6 de juin 2011 d’Église en Côtes d’Armor.