Edito de Mgr Moutel - ECA janvier 2017
Lundi 16 janvier 2017 — Dernier ajout lundi 19 décembre 2016

L’Espérance en actes

C’était à quelques jours de Noël, pendant la célébration de la « Mission Ouvrière » du diocèse, En écho à la Parole de Dieu, plusieurs « bonnes nouvelles » étaient partagées dans un petit groupe. J’ai été touché par les témoignages apportés :

  • Une dame était dans le chagrin de ne pas voir ses enfants pendant les fêtes. Elle a décidé d’inviter ses voisins chez elle pour ne pas rester seule.
  • Un homme, qui a connu la rue pendant quelques mois, raconte comment il a pu trouver un lieu pour dormir : « Celui qui m’a accueilli m’a simplement dit qu’il avait une chambre libre. Pour trouver du travail, on a vraiment besoin d’avoir une adresse. Mais le plus important, c’est qu’il m’a tendu la main. »

Beaucoup d’autres initiatives, personnelles ou collectives, répondent ainsi au défi de l’isolement. C’est le combat quotidien de nombreuses associations qui cherchent à soutenir des gens découragés dans le milieu agricole ou à réintégrer ceux qui sont silencieusement écartés de la communauté, parce qu’ils ont perdu leur travail et leurs droits.
Devant les interrogations radicales qui sont posées sur le climat, des jeunes recherchent - plus que d’autres - des comportements de sobriété et de partage.
Je pense aussi à ces « gens heureux » d’accueillir et d’accompagner des migrants dans plusieurs communes de notre diocèse. Sur cette forte question des migrations comme pour le respect de la personne humaine du début à la fin de la vie, ce sont les mêmes enjeux : c’est quand nous reconnaissons le Seigneur lui-même dans les plus petits et les plus vulnérables que nous pouvons être vraiment humains et demeurer dans l’espérance.

Il est bon de voir les gestes et d’entendre les voix de l’espérance pour ne pas céder au « sauve-qui-peut » de l’individualisme et de la seule sauvegarde de nos intérêts.
En pensant en effet aux prochaines échéances électorales, présidentielles et législatives, nous pourrions avoir un sentiment de vertige et douter -comme beaucoup- de notre capacité à agir ensemble. Il ne suffit pas de crier « au loup  » ou de se retirer dans sa tour en disant « après moi, le déluge  ». Nous exercerons une vraie responsabilité en disant clairement ce qui nous semble bon pour votre vie en commun.

Cette année 2017 sera marquante également pour notre diocèse puisque nous vivrons la promulgation des Actes du synode, le dimanche 4 juin 2017 au parc des Expositions de Brézillet à Saint-Brieuc. Mon vœu le plus cher, c’est que nous soyons rassemblés très nombreux, ce jour-là, pour « choisir l’Espérance  ». Merci de bien inscrire cette date !
A la Maison Saint-Yves, qui connaîtra aussi son inauguration à la rentrée de septembre, un événement très symbolique va intervenir dans les prochaines semaines. Tout le monde pourra s’en apercevoir : le mur d’enceinte va être abaissé, rue Mathurin Méheut pour ouvrir notre Maison Diocésaine au quartier, à la ville et à tous les visiteurs du département.

C’est cette ouverture que je nous souhaite : ouverture à Dieu, ouverture à nos voisins, ouverture de nos paroisses et communautés, suivant les maîtres mots du pape François : « accueillir, accompagner, discerner et intégrer ».

Bonne et Sainte année 2017 !

+ Denis Moutel
évêque de Saint-Brieuc et Tréguier