Mardi 11 mai 2010 — Dernier ajout mercredi 14 septembre 2016

La Finance Solidaire

Soirée-débat proposée le 6 Mai par le CCFD-Terre Solidaire et les Amis de La Vie

50 personnes ont répondu à l’invitation et sont accueillies par Jacques Davy (pour le CCFD-Terre Solidaire) et Jean-Yves Moisan (pour les Amis de La Vie).

Logo des Amis de La Vie

La soirée commence par une présentation historique par Gérard Desmedt (journaliste à La Vie, et directeur de l’Association des Amis de La Vie). Il fait référence aux différentes formes de solidarité financière qui ont existées par le passé (coopératives, mutuelles…), puis à l’idée de Mohamed Yunus, prix Nobel, qui institua en 1976 au Bengladesh le microcrédit, en créant le Grameen Bank.

Logo du CCFD-Terre Solidaire

En 1983, le CCFD crée la SIDI (Solidarité Internationale pour le Développement et l’Investissement), pour aider au développement économique, soutenu dans sa démarche par deux congrégations religieuses féminines et le Crédit Coopératif. Il cite enfin Mme M. Novak, qui, après des responsabilités financières, fonde en 1989 l’ADIE (Association pour le Droit à l’Initiative Économique). Aujourd’hui, à travers des associations, des banques, un circuit s’est mis en place pour lier épargne et microcrédit, avec comme objectif la création d’entreprise par ceux qui ne peuvent avoir accès au crédit bancaire.

Deux exemples illustrent ensuite qui sont les bénéficiaires :

  • M. Michel P. était cadre dans la distribution jusqu’à 45 ans. Puis il est licencié. S’ensuit pour lui une recherche pour un nouveau projet personnel. Il entreprend une formation et trouve un interlocuteur attentif auprès de l’ADIE, qui lui fait un crédit de 5.000 €. Avec des compléments, il peut alors monter son entreprise. Il avoue toutefois rester ‘sur le fil’, tout événement fâcheux pouvant avoir de lourdes conséquences.
  • La projection d’un DVD, fait par le CCFD, apporte un autre exemple différent, venant d’Afrique du Sud. Un organisme local Tembeka (« digne de confiance » en langue locale), financé par différents biais (SIDI, banques, congrégations, état, …) prête de petites sommes (100 à 300 €) à des personnes qui entreprennent la création d’un commerce, d’une école… Le mécanisme local du microcrédit est présenté, avec examen des dossiers et suivi des projets.

M Louis Pilard (qui a œuvré plusieurs années à l’ADIE) démonte le mécanisme de la finance solidaire. Il explique comment circule l’argent depuis l’épargnant qui fait le choix d’un placement éthique (par exemple) et le bénéficiaire qui reçoit un crédit par un organisme local. Des organismes tels que Finansol attribue, aux différents produits de placement, un label sur des critères de solidarité et de transparence (on consultera le site Finansol.org pour information). À entendre les propos de Louis Pilard, il apparaît que cette chaîne de l’épargnant au bénéficiaire est très professionnelle. Il indique aussi ce que pèse la finance solidaire dans le montant considérable de l’épargne en France : moins de 1 %. Mais les sommes sont en croissance forte depuis 5 ans, et donne donc des moyens renouvelés à cette forme d’aide et de développement : 48 000 emplois créés en France en 2008, 25 millions de bénéficiaires à travers le monde.

Gérard Desmedt et les participants à la table ronde
Gérard Desmedt et les participants à la table ronde

Enfin, une table ronde réunissait les différents intervenants, avec en plus un représentant du Crédit Agricole (la personne du CMB pressentie a du s’excuser pour des raisons de santé), Beaucoup des questions concernaient le système bancaire développé pour l’épargne solidaire, faisant apparaître que toutes les banques ont des produits d’épargne solidaire (dont celui bénéficiant aux partenaires du CCFD : Faim-Développement, Agir CCFD), malheureusement peu proposés au client.

Quelques commentaires à l’issue de cette soirée :

  • Puisque pratiquement tous les organismes bancaires proposent cette forme d’épargne, il est simple pour quelqu’un de faire le choix efficace d’aider au développement de cette manière.
  • De la même manière qu’acheter par le biais du commerce équitable est aujourd’hui un choix citoyen aisé et commun, il faut faire en sorte que l’épargne solidaire devienne une démarche commune. Alors rapprocher les mots de ‘finance’ et ‘solidaire’ sera naturel, pour donner à chacun un nouvel outil d’aide au développement ici et Là-bas.

Quelques bonnes adresses :

Finansol : www.finansol.org/
Sidi : www.sidi.fr/
Babyloan : www.babyloan.org/
ADIE : www.adie.org/
Crédit Coopératif : www.agiraveclecreditcooperatif.coop
Finances responsables : www.financeresponsable.fr
CCFD-Terre Solidaire : www.ccfd-terresolidaire.org

Pour tout renseignement : ccfd-perrosguirec chez voila.fr ou tel 02 96 23 43 39.