Lundi 9 octobre 2017 — Dernier ajout mercredi 9 août 2017

La grotte

On parle souvent de grottes dans la Bible, sans doute parce que les régions qui s’y trouvent mentionnées sont truffes de cavités. Dans une page des Livres de Samuel, on nous raconte que la puissante armée des Philistins menace Israël ; alors – est-il dit – « Les Israélites se cachèrent dans les grottes, les trous, les failles de rocher, les souterrains, les citernes » (1 Samuel 13, 6). Pour les humains, une grotte peut donc devenir un refuge, un abri ; mais elle peut aussi se faire piège, voire tombeau.

Que la grotte soit un abri, on l’apprend avec Moïse. Moïse demande au Seigneur de se manifester à lui dans toute sa gloire (Exode 33). Le Seigneur lui répond qu’un humain ne peut pas voir le Seigneur et continuer à vivre. Il enjoint donc à Moïse de se cacher dans une grotte quand il passera auprès de lui ; Moïse ne pourra voir le Seigneur que de dos, une fois qu’il sera passé. Plus tard, Moïse entrera dans l’intimité de Dieu et lui parlera face à face dans la nuée. La grotte est donc un jalon : elle est d’abord une chambre noire protectrice, avant de pouvoir s’avancer davantage dans l’intimité de Dieu.

Je voudrais maintenant vous citer une belle scène (1 Samuel 24) où une grotte aurait pu devenir un piège mortel. C’est un épisode de l’histoire de David. David est jalousé par le roi Saül qui comprend que ce jeune homme sera roi après lui en Israël. Saül avec toute son armée poursuit David qui doit fuir avec une poignée d’hommes.

Pendant cette fuite, David décide un jour de se cacher dans une grotte au désert. Il s’y trouve avec quelques-uns de ses compagnons quand Saül entre lui aussi dans la même grotte. Les soldats de David lui disent que cette rencontre est voulue par Dieu : David peut tuer son ennemi Saül qui Dieu semble livrer entre ses mains. Mais David se récrie à plusieurs reprises : « Je ne porterai pas la main sur le messie du Seigneur ». La grotte aurait pu être le tombeau de Saül, mais Saül en sort vivant.

Les évangélistes se souviennent de cette scène quand ils évoquent l’inhumation de Jésus dans un tombeau creusé dans le roc. Le messie qu’on fait entrer dans cette grotte en sortira vivant trois jours plus tard. On ne porte pas si facilement la main sur le messie du Seigneur.