Edito de Mgr Moutel - ECA avril 2017
Mercredi 12 avril 2017 — Dernier ajout mardi 28 mars 2017

La joie de Pâques, joie de notre baptême

En pensant aux catéchumènes qui préparent intensément leur baptême pour la nuit de Pâques, je prie pour qu’ils reçoivent la joie promise aux disciples : « je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite » (Jn15,11)

Est-ce bien cela dont nous voulons témoigner nous aussi ? La joie d’être unis au Christ pour toujours, la joie d’être portés dans l’amour du Père, la joie d’être conduits par l’Esprit pour choisir l’Espérance. La résurrection de Jésus est aussi la nôtre, en espérance, voilà l’essentiel de la vie chrétienne

Et pourtant, ce n’est pas tellement cela que l’on demande aux chrétiens habituellement. On leur demande, en fait, de donner ce qu’ils n’ont pas : d’être des gens bien, honnêtes, solidaires ! Mais ils ne le sont pas toujours …
Le cœur de ce que nous avons à partager, c’est plutôt ceci : Christ nous sauve du péché, il a assumé même notre mort, il ne l’a pas contournée, il y est entré … il est vivant, ressuscité, et il nous communique cette vie nouvelle.

Et notre foi devra toujours se présenter sans autre preuve que le témoignage des communautés chrétiennes : le témoignage des apôtres, le témoignage de l’Esprit Saint en nous.
On peut mettre en doute la Résurrection du Christ. On ne peut pas raisonnablement mettre en doute que des chrétiens s’assemblent encore aujourd’hui à cause de Jésus Christ. L’assemblée dominicale est le rappel permanent de cet événement de la Résurrection et la liturgie de Pâques est la plus belle ! Dans cette nuit, le feu nous conduira à la lumière du Christ, au jaillissement de la vie nouvelle.

  • Les ténèbres du monde et les obscurités de nos vies seront dissipées un jour … et c’est déjà commencé.
  • Ce pardon que nous ne pouvons pas encore donner, ces échecs d’une vie un peu en désordre, cette lassitude ou cette souffrance qui peut nous accabler, tout cela, c’est notre histoire, ce sont nos blessures et c’est la mort qui est à l’œuvre, mais c’est là que le Christ est passé, c’est là qu’il se tient, sur la croix et dans sa mort, pour allumer le feu de son amour.
  • Il vient illuminer cette part de notre histoire qui attend encore la lumière. Il nous communique sa vie et son amour pour que, avec lui, nous puissions mener une vie nouvelle, tout particulièrement en menant une vie de justice et de charité, dans le service de nos frères, sans exclure personne.

Dans la liturgie de Pâques, nous comprenons que notre vie est une traversée, un passage avec le Christ, que l’amour et la vie auront le dernier mot. C’est la joie de notre baptême et c’est dans la grâce de notre baptême que nous voulons choisir l’espérance.

+ Denis Moutel
évêque de Saint-Brieuc et Tréguier