Lundi 13 février 2017

Lancement de la campagne du denier 2017

Votre don est essentiel pour l’Église dans les Côtes d’Armor !

Merci pour votre générosité.

info document -  voir en grand cette image

Qu’est-ce que le Denier ?

Créé par l’Eglise catholique en France après la séparation des Eglises et de l’Etat en 1905, le « denier du clergé » a été institué pour permettre le traitement des prêtres qui était jusqu’alors pris en charge par l’Etat qui ne peut plus subventionner les cultes. Cette collecte auprès des fidèles s’est ensuite appelée « denier du culte », terme encore souvent employé, avant de devenir en 1989 le « denier de l’Eglise », puis récemment le « Denier ». Dès 1906, évêques et prêtres font donc appel à la générosité des fidèles pour assurer leur vie matérielle à travers cette contribution volontaire qu’est le Denier.

Pour un don de 100 € au Denier

  • 61 € pour les salaires, la formation et les déplacements des prêtres et des laïcs en mission
  • 18 € pour les charges et l’intendance ménagère des presbytères
  • 18 € pour les charges sociales, retraites et maladie
  • 2 € pour les frais de collecte
  • 1 € pour la formation des séminaristes

Objectif 2017 de la campagne

Rajeunir l’âge des donateurs en s’adressant aux 30-50 ans

Une enquête, initiée par la Conférence des Evêques de France en 2014, en partenariat avec l’agence de conseil en communication 2M Corporate, et la société d’études COMISIS, a permis de mettre en lumière plusieurs évolutions à apporter à la collecte du Denier. Un des objectifs prioritaires des prochaines campagnes du Denier vise à « centrer en priorité sur la ‘conquête’ d’une nouvelle cible de donateurs plus jeunes (30-50 ans) afin d’assurer le renouvellement d’une génération de donateurs plus âgés ». Concernant le Denier, les études indiquent que ce don n’est pas considéré comme « un don comme les autres ». Il n’est pas ressenti comme un appel à la générosité mais plutôt comme un signe d’appartenance ou de fidélité envers l’Église. Le Denier est donc vu comme une contribution volontaire et sans tarif. Chacun donne en fonction de ses possibilités.

Le contexte costarmoricain

Dans les Côtes d’Armor, les dons effectués au Denier permettent de :

  • financer le traitement des prêtres en activité et les petites retraites de ceux qui n’exercent plus,
  • participer aux frais de formation des séminaristes, des prêtres et des laïcs,
  • contribuer aux salaires des personnes qui mettent au service de la mission des compétences
    humaines, spirituelles ou techniques (secrétaires, laïcs en charge de la catéchèse, etc.),
  • financer le fonctionement et les services aux fidèles : maisons paroissiales, communication, frais courants, etc.

Pour mémoire

En 2016, dans le diocèse de Saint-Brieuc, le Denier de l’Eglise a rapporté 2 059 319 € contre 2 027 347 € en 2015.
En 2016, 14 872 personnes ont contribué au Denier dans les Côtes d’Armor, soit 50% des personnes pratiquantes du diocèse de Saint-Brieuc. En 2015, c’était 15 120 personnes qui avaient répondu à l’appel du diocèse.

Ils en parlent

Si vous êtes imposable, vous pouvez déduire de votre impôt sur le revenu 66% de votre don dans la limite de 20% de vos revenus imposables. Si vous donnez 100 €, votre don vous revient à 34 € après déduction fiscale.

Voir en ligne : Plus d’information sur le denier