L’essentiel inaper
Lundi 19 juin 2006

Le dernier mot

De grands mystiques conseillent de fermer les yeux sur toutes créatures au motif qu’elles sont périssables…

Pourtant, peut-on prétendre avoir accès au monde invisible, quand on ne sait pas regarder une fleur, ou un coucher du soleil, ou ce visage ami burinépar la vie ?

La condition humaine a ceci d’unique : elle nous invite au courage de nous attacher à ce qui passe. On sait que la fleur du matin va se faner et vieillir ?… On l’aime d’autant plus.

Emouvante précaritéde la vie qui ne nous appartient pas

qui s’appuie sur cette Source qu’est Dieu,

qui devine déjà dans les bonheurs et les douleurs du monde,

des lueurs de résurrection.

Ces lignes vous parlent ?

Lisez donc Georges HALDAS, po