Lundi 21 avril 2014 — Dernier ajout mercredi 16 avril 2014

Le partage Midimanche, déjà un an !

Depuis un an, les salles Saint Guénolé s’ouvrent chaque dimanche, à l’heure du repas de midi (de 12h15 à 14h15) pour que les personnes qui mangent seules ce jour-là, puissent venir partager leur repas avec d’autres dans un esprit de fraternité et de convivialité.

IMG 4114
IMG 4114

Une bonne quinzaine de personnes y sont venues … 7 ou 8 d’entr’elles constituent « le socle » du partage Midimanche par leur investissement et leur régularité. Voici ce qu’elles en disent dans un temps de relecture. « Nous pouvons apporter notre repas froid que nous pouvons réchauffer ou non ». Les salles ont été régulièrement ouvertes toute cette année passée, même durant l’été. Le bilan positif nous encourage à continuer.

Notre fonctionnement et le vécu nous fait retenir 4 mots :

  • Partage : C’est le mot qui vient en premier. C’est vraiment un temps où la solitude est rompue. « Au moins on peut parler avec d’autres le dimanche midi !  » dit S. « On s’est fait des amis, on apprend à se connaître » ajoute C. « Quand on partage ce qui fait notre vie, on voit qu’on n’est pas seul à vivre parfois des choses difficiles » renchérit M . « C’est un véritable temps de fraternité ! on partage notre présence, les desserts, des idées recettes et ça va parfois plus loin comme le jour où on a parlé de nos familles. ! »

-  Liberté : Oui, au Partage-Midimanche, nul besoin de s’inscrire, on est libre de venir ou pas sans rendre compte à personne.

  • Responsabilité : Toute l’année, 4 responsables de clés ont volontairement assumé tour à tour, d’aller chercher la clé des salles chez la dépositaire et d’allumer le chauffage en hiver suffisamment à temps, pour que l’on puisse avoir chaud quand tout le monde arrive. S. commente : «  C’est pas parce qu’on habite un quartier défavorisé qu’on est pas capable d’être responsable !  ». Fierté d’être responsable ! Avant de se quitter, le nettoyage de la salle se fait en un clin d’œil et chacun(e) a pris conscience de la chance d’avoir cette mise à disposition par la paroisse et on est prêt à apporter un petit dédommagement selon ses moyens. On comprend mieux !
  • Joie : enfin, car ce n’est pas triste du tout, et les rires fusent surtout quand P. la bonne vivante est présente !

Nous souhaiterions que de nouvelles personnes élargissent le Partage Midimanche. _ Nous savons par expérience qu’une personne seule peut avoir perdu le désir de sortir de chez elle et de rejoindre d’autres car la solitude peut enfermer sur soi même ; et il n’est pas facile de venir parmi des gens qui se connaissent désormais.

Le Partage Midimanche souhaite accueillir pourtant, il faudrait pour cela que ceux qui connaissent des personnes seules le dimanche, les invitent et viennent avec eux les premières fois pour faire le lien.

Est-ce trop demander, n’est ce pas un moyen de vivre la solidarité, la fraternité ?.

Pour le « Partage Midimanche » Annick Bertho