Jeudi 3 décembre 2015

Le secret de Saint François-Xavier pour la Mission

François Xavier
François Xavier

Ce 3 décembre, nous fêtons Saint François-Xavier, l’apôtre des peuples du lointain Orient et, avec Sainte Thérèse de Lisieux, patron des missions. Ce jésuite, l’un des premiers compagnons de Saint Ignace de Loyola, fut désigné de façon inopinée en 1541 pour la mission des Indes portugaises. Il remplaçait un confrère empêché de partir pour raison de santé.

Autant dire que François n’eut guère le loisir de se préparer à cette mission ne serait-ce qu’en apprenant les langues et les coutumes des peuples qu’il allait rencontrer. Comment comprendre, dès lors, la fécondité étonnante de son apostolat aux Indes, à Goa, au Travancor, chez les Paravers, aux Moluques et plus loin encore au Japon, avant de mourir épuisé et seul face à la Chine le 3 décembre 1552 à 46 ans.

Quel est donc le secret de la fécondité missionnaire de François ? – Interrogeons sa correspondance et le témoignage de ses compagnons et voilà ce que nous trouverons :

  • Tout d’abord, une charité bienveillante et amicale pour tous ceux auxquels il s’adressait à commencer par les plus pauvres et délaissés. Il écrivait ainsi en 1544 à l’un de ses confrères : « Je vous supplie d’avoir pour cette nation, surtout pour les hommes faits et les vieillards, une bonté, une charité sans borne et de les aimer pour en être aimé ». Cette charité vive pouvait susciter une véritable amitié et une confiance qui disposaient les cœurs à sa prédication.
  • Là survient une autre qualité de François, à savoir son sens pédagogique, qui va lui permettre de capter l’attention de ses auditeurs : Ne parlant pas les idiomes de ceux auxquels il s’adressait, il faisait traduire tant bien que mal par des indigènes, les rudiments de la foi chrétienne, qu’il s’efforçait de redire, voire de chanter pour que ses auditeurs puissent les mémoriser et les reprendre à leur tour. Aux Moluques, dit-on, les chants de François retentirent bientôt partout…
  • Il prêchait aussi d’exemple menant une vie toute donnée et tournée vers les pauvres et les personnes délaissées. Aux Moluques comme à Goa, il pratiquait le contact direct et il n’y avait brebis perdue ou égarée qu’il ne cherchait à visiter. Sur l’ile du More dont la population demeurait fruste et sauvage, ne pouvant se faire comprendre d’aucune manière, il « inventa » un nouveau langage, souriant à ceux qu’il croisait et les embrassant !

Nombre de gravures anciennes, nous montrent Saint François tenant un crucifix qu’il présentait aux foules : n’est-ce pas là comme le condensé de l’Evangile qu’il voulait transmettre à tous : Dieu fait homme, manifestant son plus grand amour en donnant sa vie pour nous sauver. C’est bien ce qu’il vivait avant même de le prêcher : admirable sans doute mais n’est-ce pas aussi ce à quoi nous sommes tous appelés par notre baptême ? Laissons le « secret » de François nous éclairer et devenons davantage missionnaires !

Patrick Le Gal
Evêque auxiliaire de Lyon
Directeur National des OPM (Œuvres Pontificales Missionnaires)

Voir en ligne : François Xavier - Wikipédia -