Jeudi 8 septembre 2016 — Dernier ajout dimanche 11 septembre 2016

Lourdes 2016 : retour sur la journée de mercredi, 1re journée de pèlerinage

Les pèlerins du diocèse de Saint-Brieuc sont arrivés à Lourdes par le car, mardi soir. La journée de mercredi fut consacrée à la découverte (ou redécouverte) du site, ponctuée de différents temps-forts.

Catéchèse avec Mgr Denis Moutel

Les pèlerins de l’accueil Notre-Dame, malades ou handicapés, ont bénéficié durant la matinée d’une catéchèse donnée par Mgr Denis Moutel, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier ; catéchèse autour de la miséricorde. « Avez-vous déjà entendu parler de la miséricorde ? C’est un mot empoussiéré. Nous avons mis des mots au grenier sans les revisiter… avant de les retrouver avec bonheur », a souligné Mgr Denis Moutel. « Merci à notre pape François de le remettre au cœur de notre foi ! » Ce dernier a rappelé que oui, 1.200 pèlerins du diocèse allaient franchir la Porte Sainte « mais il y a des moments où nous devons la passer seul. La Porte Sainte est large mais chacun doit la passer personnellement pour se laisser guider par le Christ ».

L’évêque du diocèse de Saint-Brieuc a souligné que « nous avions tous des épreuves – physique, morale ou spirituelle – ». Ce dernier a rappelé que la miséricorde, « c’était le grand amour de Dieu qui se porte au-devant de la grande détresse humaine. Le Seigneur fera toujours route avec nous même quand nous sommes déroutés, même quand nous sommes défaits. Nous avons tous fait l’expérience douloureuse de nos limites et de nos péchés ». Mgr Denis Moutel a pris comme exemple la barbarie nazie qu’avait pu connaître Saint Jean-Paul II en son temps. « Devant le très grand mal, on ne peut recevoir que le très grand amour. Si vous doutez du monde ou de vous-même, laissez-vous toucher par la miséricorde de Dieu. »

Mgr Denis Moutel a souligné qu’« à Lourdes, il s’agit d’être regardé comme de vraies personnes. Tu es beaucoup plus grand que tu ne l’imagines. Sur sa croix, cloué injustement, Jésus est proche de la détresse du monde ». L’évêque du diocèse de Saint-Brieuc s’est confié aux pèlerins présents à l’accueil Notre-Dame : « Quand je baptise un petit enfant, je pense dans mon cœur : ‘Quoi qu’il puisse t’arriver, tu ne seras jamais perdu ni abandonné par le Christ’ ». A cela, Mgr Denis Moutel a rappelé que « Saint Jean-Paul II nous dit que la seule réponse n’est pas celle de la violence et de la vengeance mais du grand amour de Dieu. Jésus est le visage de la miséricorde et de la tendresse du Père ».

Messe à Sainte-Bernadette

L’après-midi du mercredi fut consacré au passage de la Porte Sainte du Sanctuaire de Lourdes et à la messe eucharistique présidée par Mgr Denis Moutel, évêque du diocèse de Saint-Brieuc. Dans son homélie, l’abbé Loïc Le Quellec a rappelé qu’« il était bon que nous puissions nous retrouver ici. Cela fait plusieurs semaines, plusieurs mois que nous préparons ce temps à Lourdes ». Le curé de Saint-Brieuc a souligné que les pèlerins costamoricains venaient des quatre coins du diocèse, « d’âge et de condition différents, avec des raisons et des motivations également différents de venir à Lourdes ». Pour certains bretons, ce pèlerinage diocésain est une première ; pour d’autres, un point de passage depuis des années. « Il est heureux de se rassembler et de faire l’unité à l’intérieur de nous-même », a-t-il rappelé. « Nous sommes tous différents mais c’est pourtant ensemble que nous avons passé la Porte du Jubilé. »

L’abbé Loïc Le Quellec a rappelé « à tous ceux qui cherchaient Dieu, celui-ci dit en Jésus-Christ qui il est. Dieu se donne à l’Homme et l’Homme se donne à Dieu. Il s’approche sans se dégoûter de nous car personne n’est trop loin pour Lui. Notre humanité, Dieu l’aime telle qu’elle est ! » Comment réussir à se laisser toucher par le mystère de la miséricorde ? L’abbé Loïc Le Quellec a dit aux pèlerins présents qu’« il nous faut écouter la voix du Seigneur, et ouvrir la porte de son cœur et de son intelligence. Qui que tu sois, ouvre cette porte. L’évangile est pour toi ». En conclusion et à la lumière de la parabole du Bon Samaritain, ce dernier est revenu sur cette figure emblématique de la Bible. « Le Bon Samaritain, en réalité, c’est Jésus lui-même qui se rapproche de notre humanité, parfois abîmée dans notre cœur et dans notre corps. C’est nous qui formons cette société qui laisse sur le bord du chemin certains d’entre nous. »

Différents temps-forts

Après la célébration eucharistique d’ouverture à l’église Sainte-Bernadette, les pèlerins malades ont pu se rendre à la grotte, accompagnés de les hospitaliers. Dans la soirée, Mgr Denis Moutel a invité les pèlerins valides et les hospitaliers à le suivre à la montagne pour un chemin de croix. « Nous voici rassemblés pour une démarche spirituelle sous le regard de Jésus, notre sauveur, sous le regard de Marie, mère de Dieu, mère de l’Eglise », a dit l’évêque du diocèse de Saint-Brieuc en introduction. « Nous voici en chemin, sur le chemin de croix, chemin de souffrances, chemin d’espérance, chemin de vie nouvelle. Laissons-nous guider par le Christ, visage de Dieu, Père de miséricorde. Que cet exercice spirituel du chemin de croix nous ouvre à la miséricorde de Dieu. »

Première station : Jésus est condamné à mort. Deuxième station : Jésus reçoit sa croix. Troisième station : Jésus tombe pour la première fois. Quatrième station : rencontre du Fils de et de la Mère, de Jésus à Marie. Cinquième station : Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix. Sixième station : rencontre avec Véronique. Septième station : Jésus tombe à terre une deuxième fois. Huitième station : Jésus parle aux femmes de Jérusalem. Neuvième station : Jésus tombe pour la troisième fois. Dixième station : Jésus est dépouillé de ses vêtements. Onzième station : Jésus est cloué sur la croix. Douzième station : Jésus meurt sur la croix. Treizième station : Jésus est descendu de la croix et remis à sa mère. Quatorzième station : Jésus est mis au tombeau. Quinzième station : la résurrection du Christ.

Le pèlerinage à Lourdes, c’est :

  • 1.200 pèlerins du diocèse de Saint-Brieuc,
  • Plus de 500 hospitaliers dont 110 jeunes,
  • 218 pélerins malades ou handicapés.