Les évêques du diocèse, du Concordat de 1802 à nos jours
Lundi 15 novembre 2010 — Dernier ajout jeudi 18 novembre 2010

Mgr François-Jean-Marie Serrand (1923-1949)

François-Jean-Marie Serrand

Monseigneur François-Jean-Marie Serrand (1923-1949) -  voir en grand cette image
Né à Billé (Ille-et-Vilaine), le 12 décembre 1874
Ordonné prêtre à Rennes le 27 mai 1899
Nommé évêque de Saint-Brieuc et Tréguier le 4 juin 1923
Sacré dans la Métropole de Rennes le 6 août 1923
Intronisé dans sa ville épiscopale le 13 août 1923
Est décédé à Saint-Brieuc le 20 mars 1949

Armoiries de Mgr Serrand

Armories de Monseigneur Serrand -  voir en grand cette image
De gueules, au cœur flamboyant d’or,.
entouré d’une couronne d’épines d’argent ;
au chef d’hermines.

Devise  :
Deus caritas est.
(Dieu est amour)

Bref historique de son épiscopat.

Dès son arrivée dans le diocèse, Mgr Serrand entreprend la construction d’un nouveau Grand Séminaire, dont il bénit la première pierre le 17 août 1925 et consacre la chapelle le 14 juillet 1929. Soucieux du recrutement sacerdotal, il réorganise l’œuvre de la Cléricature qui devient l’œuvre des Vocations et entreprend la construction du petit séminaire de Quintin, dès l’achèvement de son Grand Séminaire.

Très attaché à l’Enseignement chrétien, il stimule l’agrandissement des collèges secondaires de St-Joseph de Lannion, de N.D. de Guingamp, des Cordeliers et de Campostal. Pour subvenir aux besoins des écoles primaires, il organise les kermesses cantonales annuelles, auxquelles il se fait un devoir d’assister régulièrement, et se déplace pour la bénédiction des nouvelles écoles paroissiales.

Sensible au développement de l’Action Catholique, il fonde les mouvements spécialisés de la J.A.C., de la J.O.C., de la J.M.C., de la J.I.C. et donne un vigoureux essor à la Croisade Eucharistique. Encourage les Scouts de France, le Secrétariat social et l’action sociale animée par l’abbé Armand Vallée (mort au camp de Mauthausen, mars 1945).

Il avait accueilli (oct. 1936) dom Alexis Presse qui entreprit de relever de ses ruines l’abbaye de Boquen.

Il est décédé en sa maison épiscopale le 20 mars 1949 et est inhumé dans la crypte de la chapelle du Grand Séminaire dont il fut le bâtisseur.