Vendredi 2 avril 2004 — Dernier ajout mercredi 17 octobre 2012

Mgr de la Romagère

Un évêque déporté de Saint-Brieuc
Mgr Mathias Le Groing de la Romagère
1756 – 1819 – 1841

Notice biographique

Ce prélat appartenait à une ancienne famille du Berry. Il naquit à Saint-Sauvier (Allier) le 5 décembre 1756, et fit ses études au collège des Oratoriens de Vendôme, au séminaire de Saint-Sulpice, enfin à la Sorbonne, dont il devint prieur en 1780. Trois ans plus tard, Mgr de Clermont-Tonnerre, évêque de Châlons-sur-Marne, le choisit comme grand vicaire.

Arrêté sous la Terreur, l’abbé de la Romagère fut déporté à Rochefort, où, détenu à bord du ponton les Deux-Associés, il fut condamné aux fers pour avoir rédigé un Mémoire sur les souffrances des détenus. Toute sa vie, il conserva les stigmates de ses chaînes.

Après la Révolution, il devint vicaire général de Bourges, puis chanoine titulaire de Clermont. Nommé en 1817 à l’évêché de Saint-Brieuc, il ne put être préconisé que le 23 août 1819 ; il fut sacré Evêque le 19 octobre suivant, dans la chapelle des Carmélites de Paris, par son ancien protecteur, Mgr de Clermont-Tonnerre, alors archevêque de Toulouse, et le 15 novembre, il prit possession de son église.

C’est sous son épiscopat que furent fondés l’asile des aliénés de Léhon, dirigé par les Frères de Saint-Jean-de-Dieu, et la maison des sourds-muets, établie d’abord à Lamballe par le vénérable abbé Garnier. On lui doit aussi la restauration du petit séminaire de Plouguernével et de plusieurs autres établissements religieux.

En 1832, il fit preuve du plus sublime dévouement à l’égard des cholériques de Bréhat et de Paimpol. Il mourut le 19 février 1841, à l’âge de 85 ans. Il était chevalier de la Légion d’honneur.

Gravure représentant Mgr de la Romagère soulageant les cholériques de Paimpol. Près des victimes du choléra, Mgr de la Romagère se retrouvait, peut-être, tel qu’il avait été environ 40 ans plus tôt, près de ses compagnons de déportation.

(1832)

Notice biographique rédigée par M. Gadiou dans L’Episcopat Français depuis le Concordat jusqu’à la Séparation,
ouvrage publié sous la direction de la Société Bibliographique,
Paris : Librairie des Saints-Pères, 1907.
Gravure représentant Mgr de la Romagère soulageant les cholériques de Paimpol.
Gravure représentant Mgr de la Romagère soulageant les cholériques de Paimpol.
Près des victimes du choléra, Mgr de la Romagère se retrouvait, peut-être, tel qu’il avait été environ 40 ans plus tôt, près de ses compagnons de déportation.
(1832)

Contexte historique, 1792-1794

Nous ne revenons pas sur les événements des précédentes années qui depuis la convocation des Etats Généraux le 8 août 1788, les premières émeutes à Rennes du 27 au 28 janvier 1789 nous conduisent tout droit à la prise de la Bastille le 14 juillet 1789.

3Année 17923

Janvier Les menaces de guerre se font plus pressantes.
La France voit s’accroitre les troubles.
25 avril Rouget de l’Isle compose « un chant de guerre » pour l’armée du Rhin. Ce chant ne deviendra « La Marseillaise » que le 30 juillet suivant. La guillotine est « inaugurée » à Paris.
28 mai Décret imposant la déportation des prêtres réfractaires.
10 août Prise des Tuileries
Fin de la Monarchie constitutionnelle.
13 août La famille royale est transférée au Temple.
26 août Les prêtres réfractaires ont huit jours pour quitter la France.
2 septembre Début des exécutions populaires.
13 novembre Début du procès de Louis XVI.

3Année 17933

21 janvier Louis XVI monte à l’échafaud.
1er février Déclaration de guerre à l’Angleterre.
Avril Les Vendéens forment l’armée catholique et royale.
13 juillet Assassinat de Marat par Charlotte Corday.
27 juillet Robespierre fait son entrée au Comité de Salut Public.
5 octobre Naissance du calendrier Républicain. Le 1er jour de l’An I est fixé au 22 septembre 1792.
16 octobre Exécution de Marie-Antoinette.

3Année 17943

12 janvier Arrestation de Fabre d’Eglantine.
4 février Abolition de l’esclavage.
6 février Bonaparte est promu général.
26 février Saint-Just fait l’apologie de la Terreur.
30 mars Arrestation de Camille Desmoulin et de Danton.
5 avril Exécution de Camille Desmoulin et de Danton.
22-23 mai Tentatives d’assassinat de Robespierre.
13 juillet Assassinat de Marat par Charlotte Corday.
27 juillet Chute de Robespierre.
28 juillet Robespierre monte à l’échafaud.
1er août Abolition de la Terreur.

Les Mémoires de Mathias Le Groing de la Romagère

Mathias Le Groing de la Romagère a laissé le récit de sa déportation sous forme de Mémoires qui s’étendent de 1789 à 1794 inclus. Mémoires commencés sur des feuilles volantes à la prison St-François, à Bourges, repris par la suite et annotés jusqu’en 1833 environ. Le texte original semble perdu. Une copie en fut faite entre 1833 et 1841 –année de la mort de l’Evêque- par les soins d’élèves du Grand Séminaire de Saint-Brieuc.

Cette copie forme cinq volumes : au total, environ 1690 pages. Ce long récit, rempli de renseignements très divers, est d’un grand intérêt. Voici ce qu’écrit Auguste Lemasson en introduction de son ouvrage

La relation de la captivité de Mgr de la Romagère sur les pontons de Rochefort : « Monseigneur Mathias Le Groing de la Romagère est un témoin oculaire et auriculaire des événements qu’il raconte. Il nous les narre dans un style simple et sans prétentions, qui nous rend sa relation d’autant plus intéressante. Nous voyons dans son récit la haine des révolutionnaires contre la religion catholique et ses ministres apparaître dans toute son acuité. On y trouve également, peint sur le vif, l’aboutissement final des déclamations de la bourgeoisie jacobine, endoctrinée par Voltaire et Jean-Jacques. Aussi les Mémoires de Mgr de la Romagère nous semblent-ils apporter à l’histoire de la persécution révolutionnaire une contribution qui n’est pas à dédaigner ».

3Le clergé costarmoricain pendant la Révolution3

Pendant la terrible persécution, le clergé costarmoricain eut beaucoup à souffrir. Près de 200 ecclésiastiques s’exilèrent à Jersey et en Angleterre. D’autres, ayant refusé le serment, furent arrêtés et condamnés à la déportation principalement à l’île de Ré, à l’île d’Aix et à Rochefort. On en compte une cinquantaine. 38 furent fusillés ou guillotinés.

1791-1794 : l’abbé de la Romagère sous la Terreur

En 1791, Mathias Le Groing de la Romagère est vicaire général de l’évêque de Châlons. En sa qualité de vicaire, il refuse de prêter le serment constitutionnel.

Quoique menacé par la loi du 26 août 1792, il ne s’exile pas à cette époque.

Arrêté en 1793 au château de la Mazières dans le département du Cher, il est interné à la prison de Saint-François à Bourges, où il commence la rédaction de ses Mémoires.
Enfin, le 6 mars 1794, on le dirige sur Rochefort avec plusieurs de ses compagnons de captivité.

Après avoir subi un atroce internement sur les vaisseaux mouillés en rade de l’île d’Aix, il est rendu à la liberté le 31 mars 1795.