Edito de Mgr Moutel - ECA décembre 2017
Lundi 11 décembre 2017 — Dernier ajout lundi 27 novembre 2017

Ne nous laisse pas entrer en tentation car tu es « Dieu avec nous »

Ce premier dimanche de l’Avent, le 3 décembre, nous prions le Notre Père avec une nouvelle traduction de la sixième demande : « Ne nous laisse pas entrer en tentation. »
Ce n’est pas le lieu ici d’entrer dans les nombreux échanges qui ont mobilisé exégètes et théologiens pendant cinquante ans. Nous retiendrons seulement que nous ne pouvons pas dire que notre tentation vient de Dieu. Dans notre combat contre la fascination du mal, Dieu est vraiment avec nous et pour nous.
Jésus lui-même a été tenté au moment d’inaugurer son ministère, mais il combat la puissance du mal, avec la force de l’Esprit qui l’a conduit au désert.
« Entrer en tentation » … c’est beaucoup plus que d’éprouver la tentation. Entrer, c’est franchir un seuil, c’est quand on commence à habiter une maison de désordre. Petit à petit, on fait mouvement vers le mal et la blessure. On s’installe dans la médiocrité, dans les petits arrangements avec la vérité, dans la rancune ou la vengeance.
« Entrer en tentation », c’est quand on en rajoute, quand on verse de l’huile sur les feux de la division, quand on remet du carburant pour que le moteur de la discorde tourne à plein régime.
« Entrer en tentation », c’est quand on se voile la face, quand on dit que « ce n’est rien » plongeant ainsi notre conscience dans une profonde anesthésie.
Quand nous disons à Dieu « ne nous laisse pas entrer en tentation », nous l’appelons à nos côtés, nous lui demandons de venir : « Seigneur, c’est toi notre Père. Nous sommes l’argile, c’est toi qui nous façonnes : nous sommes l’ouvrage de ta main » (Isaïe 64,7)
Dans le temps de l’Avent, nous attendons Dieu-avec-nous, l’Emmanuel. Le mystère de Noël, c’est cette étonnante proximité de Dieu. Comme les bergers à Bethléem, nous pouvons venir à lui, même dans la nuit de nos cœurs troublés.
Ne craignez pas : « sa lumière est plus belle que le soleil… car le jour s’efface devant la nuit, mais contre la Sagesse, le mal ne peut rien » (Sagesse 7,29).
N’ayez pas peur, puisque le Christ est ressuscité. Dans sa mort, il a tué la haine et sur lui la mort n’a plus aucun pouvoir.
Oui, puisqu’il est « Dieu-avec-nous », nous osons dire :
« Ne nous laisse pas entrer en tentation ».

+ Denis Moutel
évêque de Saint-Brieuc et Tréguier