Edito de Mgr Moutel - ECA Novembre 2017
Lundi 20 novembre 2017 — Dernier ajout mardi 7 novembre 2017

Nous espérons le bonheur que tu promets !

L’abbé Victor Mounier vient d’avoir 100 ans ! Nous étions dans la joie pour le fêter le samedi 21 octobre, à la maison du Cèdre, et pour rendre grâce à Dieu avec lui. Il était beau de voir ses mains rejoindre les miennes pour porter la patène et le calice, le don de toute une vie dans l’unique offrande du Christ.

Avec beaucoup de respect pour notre nouveau centenaire, j’ai cependant suggéré qu’au regard de « la vie du monde à venir » nous étions à peu près à égalité : tous, quel que soit notre âge, nous sommes en « cours préparatoire » pour le Royaume. Cela peut sembler loin, voire inintéressant. Nous avons connu une longue réaction à la grande trouille que des prédicateurs ont éveillée quand ils promettaient les flammes de l’enfer de façon presque aussi sûre que le paradis. Alors, notre époque a refoulé la réflexion sur les fins dernières et un peu oublié la force de l’espérance chrétienne.

Mais « c’est vraiment flou, m’avait dit un jour quelqu’un, on ne voit pas bien ! » Oui, c’est comme en photographie : nous avons bien la vitesse - car nous sommes plutôt agités ! - mais nous manquons de lumière pour faire apparaître l’arrière-plan avec une plus grande netteté. C’est ce que l’on appelle la profondeur de champ. En revanche, une prise de vue bien éclairée met en valeur, non seulement le sujet ou le premier plan, mais également le paysage et même l’horizon.

C’est vers cet horizon de la vie éternelle que nous tourne la fête de Toussaint. Avec la lecture du livre de l’Apocalypse, le rideau se lève. Et c’est une scène d’une merveilleuse grandeur qui nous est dévoilée : auprès de Dieu s’avance une foule immense « de toutes nations, races, peuples et langues ». Le mot « apocalypse » signifie d’ailleurs « lever le voile », dévoiler, révéler. Saint Jean nous dit une chose très importante : à la fin de l’histoire, l’œuvre de Dieu, la création et en particulier l’humanité… réussira ! Une réconciliation de l’humanité, en Dieu, est annoncée, avec tant et tant de gens qui nous disent pourtant que cela va de plus en plus mal.

Mais nous sommes à l’école du Royaume, en apprentissage de la vie éternelle déjà commencée. Et quel est le programme ? C’est l’appel à la sainteté qui est porté par l’Évangile, dans la personne du Christ. C’est ce que nous demandons au Père, à chaque Eucharistie : « Toi qui es vraiment saint, toi qui es la source de toute sainteté, Seigneur, nous te prions, sanctifie ces offrandes… » (prière eucharistique n° 2)

Soyons heureux de porter ce témoignage de l’espérance chrétienne dans ce mois de novembre qui est inauguré par la fête de tous les saints. Soyons heureux de porter l’espérance chrétienne « avec un intense goût de vivre, une solide confiance et un mouvement du cœur » (Actes du synode, page 29) suivant l’expression de notre synode diocésain.

+ Denis Moutel
évêque de Saint-Brieuc et Tréguier

Documents à télécharger