Vendredi 1er avril 2016

Pèlerinage à Taizé : une rencontre de la jeunesse et de la diversité

Du 3 au 10 avril, des lycéens et étudiants costamoricains se rendront dans la communauté de Taizé (Saône-et-Loire) pour un pèlerinage tourné vers le recueillement et le partage.

Communauté de Taizé
Communauté de Taizé

« Ce pèlerinage a lieu chaque année à Taizé et regroupe des jeunes de tout le diocèse », explique le Père Mickaël Levacher, qui encadrera les volontaires durant ce temps-fort. « Trois temps de prière viendront ponctuer chaque journée, ainsi qu’un temps de parole et de réflexion à partir des méditation du Frère Alois ». La semaine, qui sera vécue essentiellement au sein de la communauté, permettra aux jeunes de se rendre « sur la colline de Taizé, lieu où ont vécu les premiers chrétiens », souligne le Père Levacher. « Ces jeunes, qui viennent de toute l’Europe, partageront un temps œcuménique de différentes confessions, notamment protestante. Ils pourront échanger et se questionner sur leur propre foi ». Pour le Frère Alois, prieur de la communauté et successeur de Fère Roger, le fondateur des lieux, « c’est comme une fête de voir de si nombreux jeunes sur la colline, ensemble dans une telle diversité. Cela nous donne la grande espérance qu’une humanité en paix est possible ».

Taizé ouverte sur le monde

Depuis ses débuts, la communauté monastique de Taizé est marquée par deux aspirations majeures : celle d’avancer dans la prière et la communion ; et celle d’impulsion la paix au sein de chaque famille. Aujourd’hui elle rassemble une centaine de frères, catholiques mais aussi de diverses origines protestantes, issus de près de trente nations. Les frères de la communauté font, chaque jour, l’expérience d’une vie simple partagée avec les autres, rappelant que le Christ attend tous les Hommes dans leur existence quotidienne telle qu’elle est. « Poursuivant le pèlerinage de confiance sur la terre qui rassemble des jeunes de nombreux pays, tous les humains constituent une seule famille et Dieu habite chaque personne humaine, sans exception », rappelait Frère Alois.

Voir en ligne : Information