Mardi 7 mars 2017

Quelle articulation entre prêtres, diacres et laïcs en paroisse ?

Interview de Michel Blanchard, diacre à Plémet, sur l’articulation entre prêtres, diacres et laïcs en paroisse. Il appelle à distinguer les missions de chacun : le prêtre est dédié au service sacramentel, le diacre est avant tout au service de la Parole et de la Charité, chaque chrétien étant d’abord au service de son frère.

* Propos recueillis par Anne-Marie Boulard

Michel BLANCHARD, diacre, avec son épouse
Michel BLANCHARD, diacre, avec son épouse

Anne-Marie Boulard : Comment se répartissent les rôles entre diacres et prêtres sur la paroisse de Plémet ?
Michel Blanchard : Rien ne peut remplacer l’Eucharistie, célébrée par un prêtre ! Quand une célébration est prévue dans un relais et que le prêtre n’est pas disponible, il délègue le diacre qui peut célébrer la parole. Il peut aussi, à la demande du curé, célébrer les obsèques, les mariages et les baptêmes, mais il a aussi une place importante dans la préparation de ces célébrations. Le diacre doit donner l’impulsion, il est celui qui va mettre en route les laïcs. Un diacre n’a pas de charge pastorale.

Anne-Marie Boulard : Pourtant, il y a eu une période de transition en 2005-2009 où il n’y avait qu’un curé administrateur domicilié à Loudéac ?
Michel Blanchard : Et le prêtre responsable a demandé au diacre de participer à l’administration de la paroisse de Plémet. A ce moment-là, les laïcs ont pris leur place, et l’EAP avait plus un rôle de proposition. Les paroissiens se sont pris en main en donnant toute son importance à la pastorale. Aujourd’hui, l’EAP a plus un rôle consultatif, même si elle reste importante dans l’organisation et la gouvernance de la paroisse. En fait, tout dépend de la personnalité du curé : certains ne veulent pas ou ne savent pas déléguer, souvent au détriment de leur santé, d’autres laissent plus de place aux équipes de laïcs.

Anne-Marie Boulard : Les laïcs prennent plus de distance quand il y a un prêtre ?
Michel Blanchard : Oui, ils deviennent plus consommateurs ; ils sont moins impliqués. S’il n’y a pas d’Eucharistie dans une paroisse, les chrétiens ne se déplacent pas si bien que certains relais s’atrophient. En effet, la célébration de la parole n’est pas en concurrence avec un lieu eucharistique et, dans la Paroisse de Plémet, les distances sont grandes. C’est une des paroisses les plus étendues du diocèse ; si bien que l’eucharistie n’est pas célébrée partout chaque dimanche. Mais est-on moins chrétien quand il n’y a pas de prêtre proche ? La question peut se poser !

Anne-Marie Boulard : Comment créer et entretenir du lien dans une paroisse ?
Michelle Blanchard, la femme de Michel, a été coordinatrice de l’EAP pendant 7 ans :
Michelle Blanchard : Les actifs ont des difficultés à dégager du temps pour les autres. Ils vont à l’église quand un prêtre passe pour célébrer la messe. Il faut réapprendre la communauté. Trop de personnes se disent « croyants mais non pratiquants », ils sont catholiques de culture mais sans adhésion personnelle. Alors que l’évangélisation est la responsabilité de tout chrétien. Il est évident qu’il faut un retour au baptême et à sa signification. Il est difficile de proclamer sa foi ; d’ailleurs on ne le fait plus ou peu. Il faut trouver une façon de fonctionner autrement. Il fait être plus accueillant, à l’écoute, créer le lien quand les catholiques sont là ! À l’occasion des obsèques, des grandes fêtes, Pâques, Noël…