Lundi 26 septembre 2016

Retour en images sur la marche synodale de la zone pastorale de Guingamp

Samedi 24 septembre, la zone pastorale de Guingamp a été la dernière à marcher aux côtés de Mgr Denis Moutel. Après une visite à l’EPHAD Kersalic et quelques kilomètres plus loin, la journée s’est terminée par une messe à la basilique Notre-Dame-de-Bon-Secours.

C’est environ 4.000 personnes qui auront participé aux marches synodales dans le diocèse de Saint-Brieuc. « Je voudrais féliciter les plus jeunes qui ont toujours marché devant ! », a souligné d’emblée Mgr Denis Moutel. Pèlerins d’un jour ou marcheurs assidus, les Costarmoricains se sont mobilisés en masse en vue de prendre part à ce temps-fort. Avant d’entamer les premiers kilomètres de marche, Mgr Denis Moutel a rendu visite à l’EPHAD Kersalic de Guingamp où les résidents partagent les locaux avec chiens et chats. « Il y a là une quinzaine d’anciens. Je suis impressionné par l’esprit de la maison, véritable lieu de vie », a souligné le Père Francis Morcel. « Ces personnes sont prises en compte dans tout ce qui fait leur vie. »

Programme de la journée

  • 9h30 : Rencontre de l’Évêque à la maison Kersalic
  • 10h30 : Accueil à Pabu
  • 11h00 : Première marche de 4 km au départ et au retour de Pabu
  • 12h30 : Pique-nique
  • 14h00 : Deuxième marche de 8 km au départ de Pabu
  • De 16h30 à 18h30 : Forum des équipes synodales dans la salle des fêtes de Pabu
  • 19h00 : Messe à la basilique
  • 20h30 : Apéritif à la basilique

Forum des équipes synodales

« Des vacanciers ont pris le temps de remplir les questionnaires mis à disposition, de les timbrer et de les poster. Cela prouve qu’ils ont quelque chose à nous dire. Ils ont une expérience ecclésiale différente de chez nous et ils ont peut-être quelque chose à nous apprendre », a expliqué Régine Chardonnet, secrétaire général du synode.

« Nous avons pris l’annonce du synode comme une bonne nouvelle. L’assemblée synodale va pouvoir s’exprimer. Ce thème – « Choisir l’espérance » – est accrocheur et consensuel. On ne peut que choisir l’espérance ! A travers des petits débats, on a réussi à libérer notre parole. Je pense qu’on fera du bon travail », a témoigné Pierre, un chrétien costarmoricain.

Intervention de Mgr Denis Moutel

« Des équipes synodales ont d’ores et déjà décidé de continuer à se réunir une fois que le synode sera terminé », a souligné l’évêque du diocèse de Saint-Brieuc. « Ce qui est sûr, c’est que les assemblées synodales sont nourries des remontées que vous avez faites ! Durant la deuxième assemblée, nous n’oublierons pas les périphéries, les enjeux du monde d’aujourd’hui, la sauvegarde de la nature et de la justice ».

« Je me suis aperçu que quand nous marchions ensemble, nous marchions plus doucement. On discute, on écoute », a noté Mgr Denis Moutel. « J’ai beaucoup appris et reçu dans cette première année du synode sans oublier l’intense partage que vous avez dû vivre entre vous ».

Eucharistie

Dans son homélie, Mgr Denis Moutel a dit se souvenir des propos du Pape François lors des Journées Mondiales de la Jeunesse, à Cracovie (Pologne), l’été dernier. « Ne vous laissez pas faire par les forces du monde qui vous maintiennent dans vos canapés. Le Pape François nous conseille de chausser nos crampons. Il s’agit de ne pas rester dans l’indifférence, dans l’insouciance, dans une vie toute petite ». L’évêque du diocèse de Saint-Brieuc a rappelé que les marches synodales ont permis aux équipes de « se connaître et de se reconnaître comme étant des corps vivants du Christ » ; précisant également que « si nous ne comptions que sur nous-mêmes, nous n’avions plus besoin des autres. C’est une vraie tristesse. Dans le synode, on essaye de vivre dans la lumière et la vérité. L’Esprit Saint construit la paix. Voici les attentes majeures de notre monde ».

Mgr Denis Moutel a souligné que « dans ce monde où l’on déforme tant la parole des autres, ce comportement ne sert que les plus bas instincts égoïstes qui nous habitent. Osons dire ce qui est juste et bon. Comme nous ne le savons pas par avance, demandons au Seigneur quel chemin prendre. Qu’Il soit pour nous lumière et vérité ». L’évêque de Saint-Brieuc et Tréguier a rappelé que le monde avait besoin de paix… Mais comment la construire ? « C’est une attente considérable de notre monde. Le Pape François nous demande de le faire : construire la paix, c’est la mission de l’Eglise. Construisons-la déjà dans nos foyers. Nous ne sommes pas des gens parfaits, nous faisons des erreurs, nous sommes médiocres parfois. Partageons la paix entre nous, c’est un signe d’espérance ».

Voir en ligne : http://www.synodediocese22.fr/