Vendredi 23 septembre 2016

Retour en images sur la marche synodale de la zone pastorale de Loudéac

Mercredi matin, une première marche de quatre kilomètres a réuni 300 enfants d’écoles de la zone pastorale de Loudéac. L’après-midi, 70 adultes ont pris, à leur tour, part à la seconde partie de la marche pour une distance de onze kilomètres, de la Maison Saint-Joseph à Gouarec (www.maison-saint-joseph.com), jusqu’au Sanctuaire Marial de Querrien à la Prénessaye (www.sanctunotredametouteaide.catholique.fr). Les marcheurs ont eu le droit à une pause désaltérante à la chapelle de Saint-Lubin où un stand de crêpes les attendait.

« Je ne sais plus comment cette idée de marcher ensemble est née mais on s’est dit que marcher pour le synode, c’était d’abord se mettre en mouvement. Il y a une vraie symbolique pour notre diocèse », a souligné Mgr Denis Moutel avant de partir de la Maison Saint-Joseph. « Marcher les uns avec les autres, c’est déjà faire partie d’une équipe synodale ».

Messe eucharistique

« Matthieu, alors percepteur d’impôts, est étonné d’être appelé par Jésus. Matthieu vient apprendre et se forme en marchant aux côtés de Jésus. C’est ce qui se passe pour nous aussi. Suivons-le, Il nous appelle ». C’est par ces mots que Mgr Denis Moutel a introduit son homélie en la chapelle du Sanctuaire Notre-Dame de Toute-Aide. « Beaucoup avant nous ont marché aux côtés de Jésus, nous sommes des héritiers ». L’évêque de Saint-Brieuc et Tréguier s’est « heureux et étonné de la belle mobilisation » de son diocèse à faire synode.

« Pour progresser, pour grandir dans le grand amour de Dieu, il est bon que nous puissions fréquenter le Seigneur dans nos prières et que nous n’ayons pas peur d’ouvrir nos cœurs les uns envers les autres », a souligné Mgr Denis Moutel. « Dans cette année Sainte de la Miséricorde, le grand amour de Dieu nous appelle même quand nous nous sentons indigne et distant ».

« Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs » (Matthieu 9, 12-13)

Bureau du synode

« Les témoignages de vie au sein de la famille nous ont particulièrement marqués, de voir la cohérence entre vie et foi », a noté Régine Chardonnet, secrétaire général du synode diocésain. « Les jeunes ont beaucoup insisté sur les signes religieux, de voir leurs parents ou grands-parents pratiquer leur foi malgré les difficultés de la vie ». L’image du prêtre est quelque chose qui est remontée de façon récurrente dans les retours des équipes synodales. Le prêtre apparaît comme « quelqu’un en qui on a confiance », a réagi Régine Chardonnet. « On le sent habité, l’engagement est quelque chose de profond, peut-on lire dans vos témoignages ».

Des remontées ont également mis en exergue le témoignage de personnes qui avaient quitté l’Eglise, revenus à travers les sacrements – de leur mariage ou du baptême de leur enfant –. Les jeunes comme les adultes ont été également marqués par l’image des hospitaliers – très présents à Lourdes aux côtés des malades –. « Les enfants et les jeunes osent également exprimer leur peur dans l’avenir. Il faut qu’on prenne cela en compte au sein du système éducatif », a souligné Régine Chardonnet.

Des retours ont soulevé la perte d’un climat de chrétienté : les pardons sont moins fréquentés, des patronages ont disparu, le nombre de prêtres diminue… « La solidarité existe mais celle-ci est vécue de façon trop ponctuelle ; chacun reprenant sa position individualiste une fois l’élan de solidarité passé », a noté également Régine Chardonnet.

S’étonner, oser, écouter

Mgr Denis Moutel a pris la parole durant le Forum des équipes synodales suite à la célébration eucharistique à Querrien. Celui-ci a appelé les fidèles à « s’étonner, oser et écouter ». « Laissons-nous nous étonner de ce que nous sommes devenus et de ce qu’est devenu le diocèse chemin faisant. Osez être également audacieux et imaginatif. Je note que les équipes synodales ont à l’esprit les enjeux de notre monde avec ses joies et ses tristesses. Comment choisir l’espérance ? A quoi suis-je appelé ? A quelle proposition du synode puis-je apporter ma contribution ? Demandons-nous à quoi nous sommes appelés à vivre dans nos paroisses ! ».

Voir en ligne : Interview de Mgr Denis Moutel à RCF