Vendredi 21 octobre 2016 — Dernier ajout samedi 29 octobre 2016

Retour sur la retraite des confirmands de Plemet

Un mois avant de célébrer le sacrement de confirmation, les 27 jeunes confirmands de la paroisse de Plemet ont pris un temps de retraite à l’abbaye Notre-Dame de Timadeuc. Le Père Laurent Bloyet et les deux catéchistes, Nelly et Marie-Claude, ont préparé cette retraite, en imaginant son déroulement et ses ingrédients. Le service diocésain de catéchèse les a accompagnés dans cette entreprise. Retour sur ce temps fort avec Nelly qui a bien voulu répondre à nos questions.

Dans votre paroisse, est-ce une nouveauté de proposer une retraite pour les confirmands ?

Non, c’est habituel. Il y a depuis très longtemps eu une retraite de deux jours proposée aux confirmands, la plupart du temps à Timadeuc ou à Campénéac.

Comment vous êtes-vous retrouvés à devoir tout repenser ?

Pendant longtemps Michel Blanchard était le responsable de cette retraite qu’il organisait et animait. Il y a quelques années, il a passé le relai à notre curé, le père Laurent Bloyet. Après avoir vécu la retraite de l’an passé, il a souhaité prendre le temps de repenser les choses, son contenu et son déroulement. Jusqu’ici ces deux jours étaient très orientés vers le déroulement de la célébration de la confirmation. Le Père Laurent souhaitait qu’ils soient plutôt l’occasion d’ouvrir les jeunes à l’après-confirmation, en leur permettant de formuler l’envie de se retrouver après.

Pourquoi avez-vous rassemblé deux groupes d’une année de différence pour qu’ils vivent ensemble le sacrement cette année ?

Jusqu’ici un adolescent de notre paroisse célébrait sa confirmation au début de son année de troisième. Or, cette année, nous avons ramené la confirmation une année plus tôt dans l’itinéraire des adolescents. Ceci fait suite aux orientations diocésaines et contribue à unifier la proposition de la zone pastorale. Ainsi, les jeunes commencent à se mettre en route concrètement vers la confirmation dès la sixième. C’est durant cette année qu’ils font leur profession de foi à la veillée pascale, c’est une étape très solennelle. Puis, à la Pentecôte, ils reçoivent l’appel à la confirmation. Cette fois, le côté festif est très présent. Les jeunes le vivent comme un vrai engagement vers la confirmation. Ils cheminent ensuite toute leur année de cinquième et sont confirmés au début de leur année de quatrième. La conséquence de cette année de transition est donc que nous nous sommes retrouvés avec deux groupes de confirmands : un groupe de quatrièmes et un groupe de troisièmes.

Quels étaient vos objectifs pour cette retraite ?

Les deux groupes ont vécu leur catéchèse séparément jusqu’à cette année. Marie-Claude et moi, qui accompagnions chacune un groupe, avons alors organisé des temps forts en commun. Nous avions remarqué que les deux groupes avaient du mal à se mélanger. Nous souhaitions vraiment que ces deux jours de retraite permettent aux deux groupes de n’en faire qu’un. Ce fut le cas. J’ai été étonné de voir qu’ils se sont cette fois bien mélangé et que le groupe était finalement plus soudé et plus uniforme. Un autre objectif était d’aborder avec eux l’après confirmation, qu’ils éprouvent l’envie de se retrouver après. Et effectivement, après la retraite, j’ai entendu plusieurs d’entre eux exprimer leur souhait de se revoir. Je pense aussi que dès que la paroisse les sollicitera, ils répondront présents.

Pour l’organisation matérielle du week-end, comment avez-vous réussi à tout gérer ?

J’ai complètement délégué. J’ai sollicité les parents et ils ont répondu présents. Quatre mamans ont accepté de prendre en charge les repas (achats, cuisine…) et je leur ai confié le budget. Des papas ont également accepté de rester passer la nuit pour encadrer. Les parents se sont impliqués naturellement. Certains ont été catéchistes ou ont participé à des temps forts de catéchèse avec leurs aînés. Ils savent ce que c’est que d’organiser. Ils sont donc prêts à aider.

Aujourd’hui, quand vous regardez ces deux jours de retraite, qu’est-ce qui vous surprend ? Y-a-t-il des éléments qui vous permettent de dire que Dieu est à l’œuvre dans la catéchèse ?

Je n’y ai pas pensé. Je retiens que d’après ce que les jeunes m’ont exprimé, ils ont été drôlement marqués et interpellés par la messe et les offices avec les moines. Ce n’est pourtant pas la première fois qu’ils viennent à Timadeuc. Je pense qu’ils ont vraiment senti la présence de Dieu durant ces temps de prière.

Nos confirmands sont aujourd’hui confirmés. En quoi cette retraite a été une étape importante dans leur chemin de foi ?

Elle est un temps de relecture de leurs années de catéchèse, la fin d’un cheminement qui va s’ouvrir à autre chose. La retraite est cette étape de transition : leur cheminement va ensuite, grâce au sacrement, s’ouvrir sur la vie de l’Église.

A télécharger prochainement : Fiche n°1 Des idées pour nos pratiques « une retraite de confirmands en abbaye ».

Qu’est-ce qu’une retraite spirituelle ?

« Une retraite est un temps privilégié, d’une durée de quelques jours à plusieurs semaines au cours de laquelle on se met en retrait de ses activités ordinaires pour se consacrer exclusivement à la réflexion, la méditation et la prière. La retraite se présente donc comme un temps à la fois de rupture et d’approfondissement. Elle peut se vivre de différentes manières. » (Site de l’Eglise catholique en France, édité par la Conférence des évêques de France, http://www.eglise.catholique.fr/glossaire/retraite-spirituelle/, date de consultation : 19.10.2016)

 Le jour de la confirmation  Les confirmands de Plémet rencontrent Monseigneur Moutel Les confirmands de Plémet en retraite à Timadeuc