Lundi 9 mai 2016

Saint-Brieuc. Retour sur le Pardon Notre-Dame de Fatima avec la communauté portugaise

De nombreuses familles portugaises, venues de toute la Bretagne, ont participé à la fête de Notre-Dame de Fatima, qui s’est tenue les 07 et 08 mai en l’église Saint-Guénolé, à Saint-Brieuc. Un temps de recueillement et de partage très apprécié par les participants, issus de divers horizons.

Le Père Luis Marinho a béni les fidèles -  voir en grand cette image
Le Père Luis Marinho a béni les fidèles

Samedi matin, le maire de Saint-Brieuc, Bruno Joncour, et un représentant de la communauté urbaine de Braga (Portugal) ont signé une charte de l’amitié. Ce protocole, moins formel qu’un jumelage, devrait cependant permettre une relation durable d’échange et de coopération entre les deux villes. La journée s’est poursuivie par une veillée mariale en présence du Père Luis Marinho, prêtre portugais. Le lendemain, ce dernier a célébré une messe en l’église Saint-Génolé, accompagné du Père Mickaël Levacher et du Père Loïc Le Quellec, prêtres sur la paroisse de Saint-Brieuc. « C’est extraordinaire qu’on puisse se rassembler ici, de pouvoir se retrouver entre frères et sœurs », a souligné le Père Luis Marinho. « L’amour du Christ n’a pas de frontières de langue, ni de race. Il nous appelle à former une même famille ».

Fatima, Sainte-Patronne des Portugais  -  voir en grand cette image
Fatima, Sainte-Patronne des Portugais

Le prêtre portugais a évoqué l’intérêt profond de faire vivre la tradition familiale. « Nous avons besoin de la mémoire de nos ancêtres qui nous disent ô combien il est nécessaire de connaître nos racines ». Le Père Luis Marinho a rappelé aux parents portugais qu’« être émigrés, c’est découvrir de nouvelles réalités ». Célébrée le 13 mai au Portugal, Notre-Dame de Fatima est le vocable sous lequel est invoquée la Vierge Marie, telle qu’elle serait apparue à de jeunes bergers dans le village de Fátima, au nord de Lisbonne, en 1917. Depuis, Notre-Dame de Fátima est la Sainte-Patronne de la communauté portugaise. « La Vierge de Fátima nous rassemble tous. Oui, le Seigneur ne nous a pas oubliés. Il ne cesse de nous dire qu’Il est proche de nous ».

Une fête pastorale appelée « pardon »

Des Portugais en habits traditionnels -  voir en grand cette image
Des Portugais en habits traditionnels

Le Père Luis Marinho s’est confié avec beaucoup de ferveur durant son homélie, dimanche matin. « C’est très beau que les fêtes pastorales s’appellent en France des pardons. Demander le pardon, c’est demander la compassion de Dieu et être pardonné en retour », explique-t-il. « Venir se rassembler autour de Notre-Dame de Fátima, c’est demander la miséricorde de Dieu dont notre monde a tant besoin. Le pardon est l’expression majeure de l’amour de Dieu » . Le Père Luis Marinho a voulu remercier le Père Mickaël Levacher et le Père Loïc Le Quellec de leur « accueil chaleureux et fraternel ». « Nous vivons l’évangile avec toutes nos différences pour ne former qu’un seul peuple ». Le prêtre portugais a voulu terminé par une note d’espoir sur l’avenir de chacun. « Le ciel n’est pas fermé, les livres ne sont pas finis d’être écrits, nos vies peuvent encore être meilleures. Nous pouvons aller plus loin parce qu’on porte en nous la confiance de Jésus ».

Saint-Guénolé porté par des femmes durant la procession