Jeudi 7 novembre 2013

Secours catholique : « Le marché de l’emploi est fermé aux plus fragiles »

Comme chaque année, le Secours Catholique-Caritas France publie son rapport statistique annuel qui rend compte de l’évolution de la pauvreté en France et ses conséquences sur les personnes en situation de précarité.
Cette année encore, le Secours Catholique dans les Côtes d’Armor a rencontré près de 3200 personnes dans ses 30 lieux d’accueil. Tout comme dans l’ensemble des départements, son regard s’est plus particulièrement porté sur les difficultés d’accès à l’emploi des plus pauvres. Le constat fait que le marché du travail leur est pratiquement inaccessible.

Moins d’une personne sur cinq rencontrée a un emploi

Parmi les personnes accueilles par les 450 bénévoles de la délégation du département moins d’une personne sur cinq dispose d’un emploi dont près d’un tiers sont des travailleurs à temps partiel. Les personnes au chômage représentent plus de la moitié des actifs rencontrés. La plus part de ces personnes au chômage ne perçoivent aucune indemnité chômage. Les jeunes chômeurs payent un tribut encore plus lourd. Ces situations enfoncent inexorablement les personnes rencontrées dans davantage de précarité. Pour François Soulage, président national du Secours Catholique « trouver un travail aujourd’hui en France, relève de la course d’obstacles et de la compétition. Dans ce contexte, c’est un peu de la double peine pour les plus pauvres qui, sans réseau et sans accès à la formation professionnelle, sont encore plus défavorisés pour trouver un emploi  ».

Trop de barrière pour accéder à l’emploi !

En 2012, seuls un très faible pourcentage d’actifs ayant fréquenté nos 30 lieux d’accueil avaient eu accès à la formation professionnelle. Il est donc impératif de redistribuer les crédits qui y sont dédiés au service des plus éloignés de l’emploi.
Le Secours Catholique propose également de faire de la responsabilité sociale des entreprises (RSE), un outil de lutte contre le chômage en renforçant le lien entre les entreprises et les structures d’insertion. Le Secours Catholique milite pour que les différents acteurs de l’emploi : entreprises, pouvoirs publics, structures d’insertion, associations et partenaires sociaux coopèrent sur un même territoire au bénéfice de la création d’emploi et de la mise en réseau des personnes les plus éloignées de l’emploi.

Le travail du Secours Catholique au quotidien

Pour accompagner ceux qui ont le plus de mal à accéder à l’emploi, les 450 bénévoles du Secours Catholique dans les Côtes d’Armor œuvrent pour permettre aux personnes en précarité de rompre avec leur solitude et de reprendre confiance en elles par un soutien moral et matériel et une remise en lien avec les acteurs sociaux et économiques du département. L’accompagnement individuel, mais aussi avec la possibilité de participer à des groupes de convivialité et d’entraide, permettent à ces personnes de se sentir reconnues et de reprendre force et confiance dans l’avenir.
A Saint-Brieuc, l’équipe « Carrières Emploi » et ses 4 bénévoles est au service des personnes qui recherchent un emploi. Le but de cette équipe est de lutter contre le non-emploi, faire renaître un projet, une motivation, une confiance pour les personnes qui frappent à la porte de cette équipe.