Mercredi 30 juin 2004 — Dernier ajout jeudi 30 novembre 2006

Synthèse diocésaine juin 2004

« Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là au milieu d’eux… »


Un peu partout dans le diocèse des personnes se sont rencontrées pour partager le cœur de la foi. Des propositions très diverses ont été mises en œuvre. Elles ont rejoint beaucoup ou peu de monde, elles ont été ponctuelles ou plus régulières, à l’échelle d’une maisonnée ou d’une assemblée élargie, en équipe locale ou diocésaine, en mouvement et en aumôneries, en école ou en paroisse, à destination des chrétiens engagés ou du tout venant, intégrées dans le cheminement du groupe ou en ajout, prenant en compte ou non un temps de catéchèse ou de célébration… Le signe que chaque communauté s’est appropriée la démarche à sa mesure, l’adaptant à ses propres réalités.

Si l’on n’a pas toujours réussi à rejoindre autant de personnes que l’on aurait souhaitées - notamment parmi les plus à distance de nos communautés- partager sur le cœur de la foi a permis une expérience spirituelle très riche de communion, d’écoute respectueuse et de prière.

" Comment former une Eglise qui propose la foi si nous ne revenons pas nous-mêmes à ce qui nous fait tenir dans la vie en croyant ? « Cette interrogation des évêques de France dans la » lettre au peuple de Dieu « de novembre 2002 qui présente la démarche » Aller au cœur de la foi « a été entendue avec sérieux par les groupes de partage. Le fait que beaucoup aient préféré utiliser la vidéocassette plutôt que les questionnaires a renforcé la proposition d’un échange interpersonnel sur l’expérience de la foi.

Vos messages témoignent de la richesse de ces rencontres. Il a fallu bien sûr dépasser les craintes, le manque d’habitude, le trop de pudeur. Mais une fois ces obstacles franchis vous vous êtes émerveillés de la recherche spirituelle qui habite les uns et les autres. Au delà des mots que certains ont bien voulu transmettre (beaucoup se sont perdus dans les sables !), c’est bien l’intensité de la rencontre qui vous a frappés. Comme une redécouverte que le partage fraternel de nos raisons d’exister était une aide précieuse pour grandir ensemble dans la foi.

Le texte du symbole des apôtres commence par ces mots : » Je crois « .
Il s’achève par » Amen « . Amen, cela veut dire » je m’appuie sur, cela est mon roc, je le crois « . Autrement dit, il commence par un acte de foi et s’achève par un autre. Effet de boucle, simple répétition ?

Ce doublet » Je crois…Amen « nous dit quelque chose de simple et fondamental. La foi s’enrichit, elle redouble quand on la proclame en Eglise. Le partage de la foi en Eglise fait vraiment partie de la foi. Et c’est bien l’expérience que beaucoup ont eu la joie de connaître en » allant au cœur de la foi « . Certains alors se sont dits que nous n’avions sans doute pas assez d’audace pour vivre de tels moments et que cela vaudrait la peine de poursuivre d’une manière ou d’une autre.

Que dans un temps où, fragilisée dans ses forces, préoccupée quant à son organisation, éprouvant le manque d’acteurs, l’Eglise se montre capable de proposer un partage sur les fondements de la foi est apparu comme positif. On aurait pu craindre que le double détour proposé par les évêques : - avant de chercher des recettes catéchétiques, partager sur le fondement de la foi ; le faire en passant par la révélation de Pâques célébrée lors de la vigile pascale- soit une démarche trop difficile et lointaine. Les comptes-rendus témoignent au contraire que les gens ont pris goût à échanger sur le plus essentiel. L’Eglise témoigne ainsi qu’elle porte d’abord le souci de servir la vie et la recherche spirituelle des gens avant même de les appeler à son propre service. La démarche » Aller au cœur de la foi « rejoint l’aspiration contemporaine à être reconnu comme des sujets et pas seulement comme des acteurs.

Mais le cheminement proposé ne s’arrête pas là. A la question précédente, les évêques ont lié celle-ci : » comment inscrire la catéchèse dans la responsabilité que nous avons tous de proposer la foi dans la société actuelle «  ? Sur ce registre, les comptes-rendus parvenus sont beaucoup moins nombreux. Sans doute fallait-il se donner davantage de temps pour y arriver. Quelques paroisses cependant (EAP, assemblées générales) ont pris le temps de répondre au document de travail des évêques. Elles ont saisi là l’occasion de faire un bilan de la catéchèse et de suggérer en formes de questions quelques idées pour un renouvellement.

Cette synthèse des réponses se présente en deux parties, respectant la double interrogation de la lettre au Peuple de Dieu. La première concernera davantage les chemins personnels de la foi, la seconde les propositions ecclésiales de la foi.

Cette synthèse n’est pas exhaustive. Elle ne rassemble pas, loin de là, le contenu intégral de toutes les contributions. Des expressions ont été choisies et reliées, classées selon un ordre qui est apparu à la relecture. D’autres auraient sans doute mérités d’être citées… La totalité des comptes rendus est cependant disponible au service de formation permanente.

La diversité des formes et des rapports (prises de position individuelles ou communes, présynthèses ou non, témoignages personnels ou comptes rendus d’échanges, contributions très fouillées ou très ramassées, assemblées générales répétées ou ponctuelles…) ne permet pas de donner à ce document une valeur d’enquête objective.

C’est pourtant à une contemplation qu’il nous invite, ce que la vidéo cassette inaugurait déjà. Une contemplation de ce que le travail de la foi donne de vivre, aujourd’hui, au cœur de la vie des gens de notre diocèse personnellement et en Eglise.

« Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là au milieu d’eux ».

A ces échanges de parole, il faut ajouter les propositions de formation. Les formations même assez exigeantes comme à Tréguier, Dinan ou Saint Brieuc ont fait le plein. De multiples groupes ont fait recollection sur le thème » aller au cœur de la foi ". Sans oublier le regain de vitalité donnée à la veillée pascale et la relecture communautaire qui lui a fait suite. Autant d’initiatives qui auront permis de redécouvrir la place centrale et l’actualité du mystère pascal.

Documents à télécharger