Mercredi 22 juin 2016 — Dernier ajout vendredi 24 juin 2016

Trémel. Mgr Denis Moutel s’exprime suite à l’incendie qui a ravagé l’église Notre-Dame

A l’attention de Madame Thérèse Bourhis, maire de Trémel.

Madame la Maire,

Je viens d’apprendre par internet le grave incendie qui a ravagé la belle église de Trémel en fin d’après-midi.
C’est une lourde épreuve pour vous-mêmes et pour tous les habitants de la commune. Je tiens à vous exprimer ma profonde sympathie ainsi qu’aux paroissiens et à tous les habitants.
A travers la blessure de ce très beau patrimoine chacun est touché dans son cœur, dans son attachement culturel et spirituel.
Au nom de tous les catholiques du diocèse, je veux vous dire ma proximité de pensées et de prières.
Bien avec vous.

+ Denis Moutel
évêque de Saint-Brieuc et Tréguier
- 21 juin 2016 -

Hier, en toute fin d’après-midi, l’église Notre-Dame de la Merci de Trémel (22) a subi les ravages d’un incendie. Les causes sont encore inconnues. Datée du XVIe siècle, elle était classée aux Monuments Historiques. Le Père Jean-Jacques Le Roy, curé de Plestin-les-Grèves, veut rester malgré tout positif.

Un choc pour les fidèles

Le Père Jean-Jacques Le Roy se veut rassurant : « Il n’y a pas de blessés à déplorer ni de propagation du feu ». L’église, qui appartient à la Mairie de Trémel, est actuellement en cours d’expertise en vue de chiffrer les dommages. Le Père Jean-Jacques Le Roy préfère, quant à lui, se concentrer sur ses paroissiens. « C’est douloureux pour l’instant, ils sont consternés mais nous allons les soutenir. On va se serrer les coudes », assure-t-il. « Le feu, ça créé toujours un grand choc. Les habitants de Trémel étaient attachés au lieu pour avoir participé à des baptêmes, des mariages ou des funérailles. C’est un lieu de mémoire ; cette église parle aux gens ».

Des travaux réguliers

Lorsque le Père Jean-Jacques Le Roy est arrivé en 2012, de gros chantiers intérieurs avaient d’ores et déjà été réalisés, ce qui a permis de célébrer à nouveau la messe tous les deux mois. Depuis, l’église était ouverte tous les jours en vue d’admirer, notamment, le chemin de croix réalisé par le peintre Xavier de Langlais en 1935 et restaurée en 2008. « Ce lieu était agréable, entretenue régulièrement par les paroissiens », rappelle ce dernier. « La DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) était même revenue pour poursuivre les travaux ».

Penser à l’avenir

A moins de 24h du sinistre, le Père Jean-Jacques Le Roy ne se veut pas défaitiste, bien au contraire. « Ce n’est pas insurmontable. Vous savez, il y a une grande solidarité entre les paroissiens ». Alors même que les dégâts sont en cours d’analyse, le Père Jean-Jacques Le Roy n’a aucun doute sur le futur de l’église Notre-Dame de la Merci de Trémel. « Bien sûr que l’église sera remontée ! Elle en a vu d’autres ! Le peuple de Dieu habite là, ce sont les gens qui redonnent vie à leur patrimoine  ».

Voir en ligne : Article de Ouest-France