Jeudi 2 février 2017

Une marche vers la résurrection

L’an passé à Lamballe, lors du samedi saint, un groupe de personnes de tous les âges s’est retrouvé pour vivre une randonnée pas tout à fait comme les autres. Pour en parler, nous avons rencontré l’une des chevilles ouvrières de cet événement, Odile Méheut.

Bonjour Odile. En quoi consiste votre mission ?

Je suis responsable de l’aumônerie de l’enseignement public à Lamballe.

Comment décririez-vous votre catéchèse ?

D’une part, j’accompagne des groupes de jeunes qui se préparent aux sacrements de l’initiation. D’autre part, j’accueille des collégiens et des lycéens, des jeunes qui n’ont pas reçu de culture chrétienne qui viennent chercher des temps de partages et de discussion.

L’an passé, vous avez organisé un événement original le samedi saint. Pouvez-vous nous expliquer comment est né ce projet ?

L’année dernière, avec une équipe de bénévoles, nous avons accompagné plusieurs jeunes vers les sacrements de l’initiation chrétienne : un groupe de confirmands, un groupe vers la première communion et une catéchumène. Le baptême et la première communion étaient prévus au cours de la veillée pascale. Nous avions une préoccupation : que pouvions-nous vivre, le samedi saint, pour accompagner ces jeunes dans leur démarche avec la communauté paroissiale ?
Depuis plusieurs années, nous avions l’idée d’une marche ponctuée de temps de réflexion à partir des textes de la veillée pascale. Alors, nous nous sommes dit que cette année était l’occasion de l’organiser.

Comment cette marche s’est-elle intégrée au temps liturgique ?

Dès le début du carême, la paroisse a mis en œuvre une dynamique : lors de chaque messe du carême, chacun recevait une pastille à coller sur son vêtement (40 jours pour…).
Il a donc semblé évident à notre équipe de baliser la marche avec des textes bibliques issus directement des lectures de la veillée pascale ou qui y faisaient écho. Au départ de la marche, nous nous sommes rassemblés dans l’église de La Poterie pour écouter la lettre de St Paul sur le baptême car c’est vers la célébration de ce sacrement que nous nous mettions en marche avec notre catéchumène. Sur le parvis, nous avons entendu l’appel de Dieu à Abraham : ce qui est à l’initiative de notre marche, c’est bien l’appel de Dieu qui retentit dans le sacrement du baptême et qui, comme Abraham, nous met en route à la suite de tous les croyants.

Concrètement, comment cette marche s’est-elle déroulée ?

Nous avions rendez-vous à 15h00 à l’église de La Poterie, accueillis par l’équipe de ce relais. Nous avons commencé par un temps de prière et de chants animés par un groupe de musiciens de la zone. Le curé a proclamé la lecture de St Paul. Après l’étape sur le parvis nous nous sommes mis en route. Le groupe était guidé par quelques animateurs qui assuraient la sécurité et indiquaient les temps des différentes étapes. A chacune d’elles, un texte était proclamé et suivi de pistes de réflexion très simples ainsi que d’un temps de partage en petit groupe ou d’un temps personnel. Chaque participant avait reçu un petit livret avec les textes, les chants et pistes de réflexion. Une étape goûter, avec boisson chaude, était prévue en lien avec Isaïe 55, 1-11. Pour cela, des bénévoles ont accepté de préparer le nécessaire et nous attendaient sur le chemin. Nous n’avons pas eu de problème pour trouver les bonnes volontés prêtes à donner des coups de main logistiques. Nous avions souhaité que la marche se termine par un temps dans un endroit chauffé. Nous avons donc sollicité les sœurs de St Thomas de Villeneuve qui, avec joie, ont accepté de mettre leur magnifique chapelle à notre disposition.
Après la marche, certains sont rentrés pour se changer. Nous étions trempés par la pluie. D’autres sont allés aider le curé à préparer l’église pour la veillée et le baptême. Nous étions une vingtaine de personnes à avoir prévu le pique-nique pour manger ensemble à l’aumônerie avant de nous rendre à la veillée.

Quelles sont les personnes qui ont participé à cette marche ?

Nous étions une cinquantaine de marcheurs. En plus des jeunes de l’aumônerie, un groupe de scouts était présent. Ils avaient inscrit ce temps fort dans leur calendrier d’année. Mais il n’y avait pas que des jeunes : des paroissiens ainsi que les familles des jeunes qui allaient vivre un sacrement le soir, parents mais aussi parrains ou marraines, étaient présents et ont fait la marche. Une jeune maman est venue avec ses enfants. Nous étions accompagnés par deux prêtres. Sans oublier en plus tous ceux qui ont donné un coup de main logistique autour de la marche pour le goûter, les chants, le co-voiturage… Toutes ces personnes ne se connaissaient pas forcément avant de vivre cette expérience communautaire.

Etiez-vous surprise par le nombre de participants ?

Malgré le mauvais temps, nous avons effectivement eu le nombre d’inscriptions souhaitées. En amont, l’événement avait été annoncé dans la feuille de messe chaque dimanche du carême. Or, en raison de la météo, certains se sont désistés… mais d’autres sont venus… l’objectif était quand même atteint !

Quelles ont été les surprises de cette journée ?

Le nombre de marcheurs au rendez-vous malgré la pluie était déjà une bonne surprise. Mais en plus, tout le monde est allé jusqu’au bout, alors qu’à la fin nous avons terminé sous une pluie battante ! Et puis, la bonne humeur, la spontanéité des échanges, la convivialité, la fraternité et l’esprit de groupe… c’était vraiment très sympa.
L’élément à améliorer serait de prévoir un ou plusieurs accompagnateurs spécialement pour les jeunes enfants.

Quelles conséquences y-a-t-il eu sur la manière de vivre la veillée pascale ?

Les jeunes ont plus saisi le sens de la veillée pascale parce qu’ils l’ont préparée mais aussi parce qu’ils en ont été acteurs. 15 jeunes sont arrivés au début de la veillée avec les flambeaux qui ont allumé le feu nouveau. Ils ont ensuite été au service de la lumière durant la célébration. Ils ont compris que nous étions en marche vers la Résurrection. Tous ceux qui ont vécu la marche ont pleinement vécu la veillée. D’autres jeunes de la paroisse les ont rejoints. Nous avions atteint nos objectifs : que des membres de la communauté paroissiale participent à notre démarche et qu’il y ait plus de jeunes et de familles à vivre la veillée pascale.
Les cinq jeunes qui ont fait leur première communion ont ensuite pris un temps de recueillement face au tabernacle. On les sentait bien dans ce qu’ils vivaient. C’était très beau. Cette marche vécue entourée d’autres jeunes et de paroissiens les a aidés à vivre la célébration.
Personnellement, n’ayant pas eu le temps de me changer, je n’avais pas très chaud mais il y avait une véritable chaleur spirituelle : les visages, éclairés par les petits cierges, étaient rayonnants !

Quelles conséquences cette expérience a-t-elle eu sur le cheminement des jeunes que vous accompagnés ?

Le groupe de confirmands que nous accompagnons cette année et qui a participé à la marche est vraiment transformé. Depuis, ils ont vécu d’autres expériences de solidarité avec les plus jeunes ou avec les anciens de l’hôpital. Ils préparent leur confirmation avec cœur et enthousiasme. Nous sommes convaincus que cette marche, entre autres, a été importante et leur a permis de saisir un peu plus le sens du fondement de notre foi : le mystère pascal.

Quels conseils donneriez-vous aux catéchètes qui souhaiteraient tenter la même expérience ?

D’abord ne pas vouloir faire de grandes choses, faire simple : prendre les textes de la liturgie, trouver des petites réflexions qui rejoignent chacun aujourd’hui. Faire des choses simplement nous permet de rester disponibles, de ne pas être trop pris par l’organisation et d’accueillir largement.
Nous pouvons aussi compter sur les ressources locales, qu’elles soient humaines ou matérielle.
Surtout, ne pas hésiter à faire appel à des personnes de bonne volonté pour rendre un service. Beaucoup de personnes sont très heureuses d’aider et cela crée du lien. Pour notre équipe, l’expérience est à renouveler et nous souhaitons la revivre en 2018 en partenariat avec les autres groupes de la paroisse et pourquoi pas de la zone.

Les pastilles collées au fil des dimanches
Les pastilles collées au fil des dimanches
Le rassemblement à l église
Le rassemblement à l église
La marche
La marche
Un temps de réflexion
Un temps de réflexion
Un autre temps de réflexion
Un autre temps de réflexion
La marche sous la pluie
La marche sous la pluie