Dimanche de la santé
Lundi 23 janvier 2017 — Dernier ajout jeudi 19 janvier 2017

Visiter les malades, au cœur de la relation

« La visite, c’est le premier sacrement des malades », affirmait le père Jean-Marie Onfray, directeur de la Pastorale nationale de la santé, lors de la formation organisée le 5 décembre 2016, à Saint-Brieuc, sur le thème « La visite, au cœur de la relation ». Qu’est-ce que visiter une personne malade ? Témoignage de Yolande, 71 ans. Cette ancienne aide-soignante visite une personne atteinte d’une maladie orpheline, près de Saint-Brieuc.

« Cette personne de 73 ans, hospitalisée à domicile, ne peut plus marcher, ni parler. Seuls ses yeux bougent. Elle s’exprime encore sur une ardoise ou par sms. Elle sait que, avec moi, elle peut s’exprimer librement, même être en colère. Je la visite une fois par semaine, chaque jeudi, pendant une heure, ou moins, ou plus, selon son état de santé. Je ne suis parfois qu’une simple présence silencieuse à ses côtés, si elle est fatiguée. Il nous arrive de prier ensemble, de jouer sur sa tablette, ou que je lui raconte mon quotidien. Je lui demande toujours son avis, je n’impose rien. Je vais la voir dans une attitude amicale d’échange et de partage. Je rencontre le Christ souffrant dans cette femme animée d’une grande foi. Elle garde toujours le sourire pour accueillir chaque visiteur. Après l’acceptation de sa maladie, elle a demandé le sacrement des malades. Elle a reçu la force et la grâce d’une certaine forme de sérénité. Face à l’évolution de sa maladie que je constate à chaque visite, je suis devant l’incompréhensible… et cela m’interpelle ! Je sais que se vit une relation intense avec tous ceux qui la visitent. Et si une semaine je manque notre rendez-vous, elle m’envoie un SMS : elle compte sur moi ! »

Dimanche de la santé

Chaque année, le 11 février, est célébrée la Journée internationale des malades, voulue par saint Jean-Paul II. Le dimanche 12 février, les communautés chrétiennes sont invitées à prendre en compte les réalités de la santé (soignants, bénévoles, malades, familles…) dans la liturgie. Une prière universelle à leur intention peut être dite, par exemple. C’est le jour où le célébrant pourra envoyer solennellement les personnes qui vont porter la communion aux malades. Un livret intitulé « Choisis la vie », édité par la Pastorale nationale de la santé, offre des propositions pour la liturgie. Il est disponible à la maison diocésaine et sur commande auprès de :
Marie-Thérèse Méteil
02 96 68 13 42
rdah chez diocese22.fr