croix orange
Actualité

Retour sur la fête de l'Assomption au Sanctuaire marial de Querrien

Il y  a 70 ans, le 14 août 1950,  l’Église couronnait la statue de Notre-Dame de Toute-Aide. La Vierge Marie a donné rendez-vous au Sanctuaire de Querrien (La Prénessaye) aux pèlerins pour une semaine de festivités, du lundi 10 au samedi 15 août 2020. La fête de l’Assomption fut présidée sur place par Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes

Photos de l'Assomption 2020

Assomption 2020 au Sanctuaire ND de Toute Aide à Querrien (La Prénessaye)

Mot d’introduction de Mgr d’Ornellas [Extraits]

Au milieu de nous, couronnée, Marie est plus mère que reine. Si elle est reine, c’est que son amour est total. Elle est vraiment toute mère, infiniment mère avec une tendresse inégalable. Elle est mère de chacun de vous, de chacune de vos familles, de chacun de vos enfants. Au début de cette célébration, je voudrais souhaiter d’abord une bonne fête à toutes celles qui, parmi vous, s’appellent Marie ; et peut-être, à ceux qui portent dans leurs prénoms celui de Marie. Quel beau prénom celui de la mère de Jésus. Au début de cette célébration, nous nous confions à elle. Et comme nous le disons si souvent dans le « Je vous salue Marie » : prie pour nous, reconnaissons humblement que nous sommes de pauvres pêcheurs confiés à l’amour et à la miséricorde de Jésus. Demandons-lui pardon pour tous nos péchés, et aussi pour ceux qui se commettent aujourd’hui dans le monde.

Dans le cadre du vote de la loi de révision des lois de bioéthique par l’Assemblée nationale, et à l’initiative de Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes et président du Groupe bioéthique de la Conférence des évêques de France, une prière est proposée aux paroisses et sanctuaires des diocèses pour la fête de l’Assomption :

« Seigneur notre Dieu, par l’intercession de Marie notre Mère, garde toute ton Eglise, baptisés, consacrés et ministres ordonnés, dans sa mission prophétique : qu’elle proclame avec douceur et persévérance la beauté de toute vie humaine, qu’elle témoigne de ta tendresse envers toute personne en situation douloureuse, qu’elle poursuive sans se lasser sa mission d’éclairer les intelligences et les consciences pour un juste discernement des techniques biomédicales offertes à l’ingéniosité humaine. »

[ Lire le communiqué sur
le projet de loi de bioéthique
« Est-ce le sens de l’histoire ? » ]

Homélie de Mgr d’Ornellas durant la messe [Extraits]

Marie n’a pas fait de choses grandioses, Marie n’a pas été choisie pour écrire un Livre dans la Bible, Marie n’a pas vécu de voyages extraordinaires comme Saint Paul a pu voyager en son temps. Marie, elle est toute ordinaire, elle est une femme de notre race, elle est comme nous, elle est plus comme nous que nous ne l’imaginons. Je ne sais pas ce que Marie savait des Écritures mais elle sait une chose : « Il s’est penché sur son humble servante » (Lc 1,48a). Dans sa vie toute ordinaire, elle reconnait avec simplicité son humilité, elle ne retient rien pour elle. Ce que reconnait Marie, c’est ce service de Dieu qu’elle a accomplit en étant auprès de son fils Jésus, en l’accueillant quand il nait et en l’accompagnant dans sa vie. Qu’est-ce que pensait Marie quand elle entendait parler des miracles et des enseignements de Jésus ? Eh bien, elle a cru en son fils. A chaque fois, sa foi s’est approfondie. Dans cet amour, elle est allée encore plus loin jusqu’à être debout au pied de la croix. Toute sa foi en Jésus trouvait son accomplissement : il est ressuscité d’entre les morts, il est vivant. Alors elle comprend les promesses de Jésus sur l’Église, sur ses disciples.

Elle comprend les béatitudes de Jésus qui s’adresse à la foule : heureux vous les pauvres, heureux vous qui avez soif de justice, heureux vous les miséricordieux, heureux vous qui avez le cœur pur, heureux vous qui êtes artisan de paix. Voici qu’aujourd’hui, Marie est avec nous au milieu de nous, pour nous, à cause de nous. Il ne s’agit pas d’avoir peur de Dieu, Jésus dit souvent dans l’Évangile : « N’ayez pas peur ». Qu’est-ce que ça veut dire la crainte de Dieu ? C’est la crainte de ne plus être sensible à la beauté du Royaume de Dieu, de passer à côté de Dieu. Quand je vois un manque de douceur, j’ai la crainte de répondre à ce manque par la violence. Si le Seigneur Jésus nous donne cette mère, c’est pour nous donner confiance, c’est que Dieu est capable de faire progresser dans notre famille la beauté de la tendresse, de l’amour mutuel, de la paix les uns pour les autres. Oui, il y a peut-être des divisions et des rancœurs, j’ai peut-être été blessé et je ne sais plus comment demander pardon, peut-être qu’il y a des inquiétudes qui sont légitimes… Jésus me dit : « Voici ta mère, prie-la, confie-toi à elle ». Que vas-tu voir en elle ? La beauté de la paix, de l’amour, de la miséricorde et de la consolation.

Homélie de Mgr d’Ornellas durant les vêpres [Extraits]

Marie était au pied de la croix, elle se souvient que Pierre a renié Jésus, elle se souvient de Thomas qui n’a pas cru qu’il était ressuscité, elle se souvient de la question de Philippe qui ne comprend pas les réponses de Jésus. Elle les connait tous comme seule une mère peut connaître son enfant. Elle voit bien ce qui se passe dans la famille de Jésus qui s’appelle l’Église. Elle sait qu’entre eux, ce n’est pas toujours facile. Elle sait qu’ils n’ont pas tout de suite compris, qu’ils ont renié son fils, que personne n’était au pied de la croix sauf le disciple que Jésus aimait Elle sait qu’ils ont abandonné son fils au moment où il avait le plus besoin d’être soutenu. Ils sont tous partis, et pourtant elle est là. Dans son cœur, il n’y a aucun reproche, aucune amertume, il y a la paix. Elle est simplement là. Et que fait-elle ? Elle prie, comme si elle montrait aux apôtres que la grande attitude, c’était la prière. En priant, elle donnait l’exemple. Elle nous invite à prier, à avoir confiance dans la prière. Elle nous dit : « Mes enfants, priez-le, il vous écoute ». Marie nous apprend que les parents et les grands-parents ont la mission de la prière auprès de leurs enfants et petits-enfants.

Chacun d’entre nous, nous pouvons trouver le moyen de prier. Ne cherchons pas comment Dieu exauce nos prières mais soyons sûrs qu’il écoute et qui les exauce comme il voudra et quand il voudra. La prière, c’est un merci à la fin de la journée. Parfois, notre prière peut s’élargir selon l’amour que Dieu met dans notre cœur. La prière pour nos voisins, pour les personnes que j’ai rencontrées durant mes courses. Je n’ai jamais pensé prier pour la boulangère et voici qu’aujourd’hui Dieu m’éclaire. Je n’ai jamais pensé à prier pour les malades à l’hôpital, moi qui ai visité ma mère si souvent. De temps en temps, Dieu insuffle dans notre cœur le souci de prier pour telle ou telle personne. Oui, nous sommes faits pour prier. Que c’est beau la prière, que c’est grand de prier. Alors, prions les uns pour les autres et demandons à Notre Dame de Toute Aide qu’elle nous apprenne la prière. Demandons-lui qu’elle nous donne la joie de la prière. Qu’elle fasse grandir en nous l’amour pour Dieu de telle sorte que nous trouvions de la force, du temps et de la confiance pour lui confier tous ceux auxquels nous sommes liés.

croix blanche

Les dernières actus