Bilan de la première année de l’Escale Familles

croix orange
Actualité

Bilan de la première année de l'Escale Familles

Septembre 2018, voici un an que l’Escale Familles a ouvert ses portes au sein de la Maison Saint-Yves. Ce projet, initié par le diocèse de Saint-Brieuc et porté par le Secours Catholique, permet d’accueillir en journée des familles, notamment les plus fragiles sans logement fixe. L’occasion de faire jouer les enfants, laver du linge, prendre une douche ou faire la cuisine.

Une année bien remplie

  • 95 familles
  • 151 enfants, dont 5 nés en 2018, soit en moyenne deux enfants par famille

> 48% des familles accueillies étaient monoparentales

  • 40 bénévoles réguliers, ainsi que des bénévoles ponctuels
  • 3 jeunes en service civique (septembre 2017, avril 2018, juin 2018)
  • Une animatrice-coordinatrice du projet pour le Secours catholique
  • Un travailleur social d’Adalea 1/2 journée par semaine
  • Un psychologue d’Adalea 1/2 journée par quinzaine
  • La préparation de 2.000 repas
  • La prise de 250 douches
  • Le lancement de 350 lessives
  • 519 personnes accueillies
  • 16 nouvelles familles dont 8 couples, 6 familles monoparentales et 27 enfants
  • 43% de ces nouvelles familles sont sans hébergement (hors Centres d’Accueil de Demandeurs d’Asile et 115)

> Se rencontrent des familles briochines, des familles venant d’Afrique et d’autres de l’Europe de l’Est. La bienveillance et la créativité permettent de mieux se comprendre.

  • Des repas partagés
  • Des temps de jeux
  • Un atelier-coiffure interculturel

A près de 80%, les réponses convergent vers les mêmes attentes, souvent pour assurer des besoins primaires :

  • 29% pour faire des lessives
  • 14% pour faire jouer les enfants
  • 14% pour prendre un repas chaud
  • 7% pour partager un temps convivial
  • 7% pour prendre une douche
  • 7% pour se reposer

Ce n’est qu’une fois les familles accueillies – souvent à plusieurs reprises – à l’Escale Familles, puis une fois que les services publics ont pu les aider favorablement dans leurs démarches administratives qu’elles reviennent – cette fois-ci – pour aider et donner du temps, à leur tour,  aux familles les plus démunies.

L'Escale Familles, un pari gagnant

Pour Annette Paous, animatrice-coordinatrice du projet pour le Secours catholique, « ce fut un vrai défi d’ouvrir l’été, il a fallu trouver des bénévoles. Mais nous vivons de vrais échanges et pas seulement dans l’accueil « pratique » des familles. Nous sommes reconnus par les professionnels dans notre action et, malgré nos petits moyens, on arrive à mettre des choses en place. Parfois, nous devons nous mettre des limites car on ne peut pas tout. C’est parfois très bousculant pour les bénévoles qui sont en contact avec des familles qui ne savent pas toujours où elles dormiront le soir ».

Le projet se veut être un lieu réconfortant face à des familles qui ne savent plus à quelle porte frapper. « Certaines familles sont dans l’impasse et l’Escale Familles se doit d’être présente pour faire jouer les enfants et leur apporter du réconfort. On est là pour apprendre aux parents leurs droits car même si on n’a pas de papiers, on a des droits ! Pour communiquer, on se débrouille avec les bénévoles qui parlent pour certains russe, arabe ou anglais. »

Alors que les premières semaines d’ouverture, l’Escale Familles avançait sans repères dans une nouvelle aventure, celle-ci a très vite trouvé son public. « Il y a toujours cette question : comment faire pour ouvrir plus alors que nous n’en avons pas la capacité ? Nous sommes sur un équilibre précaire. Juillet et août, c’est la période des vacances… et des transhumances. Les autres associations réduisent leur activité l’été car, eux aussi, ont moins de bénévoles. L’Escale Familles répond à un vrai besoin. »

Désormais, il s’agit de tenir le cap dans la durée. « Une maman nous a dit que c’était un lieu génial et nous a demandé si cela existait ailleurs en France. Il existe d’autres types de structure mais pas comme ici. Notre équipe bénévole à tous les âges, de cinq ou six nationalités, hommes et femmes, qui ont leur propre vécu. Vive la fraternité ! Nous avons beaucoup de dons de particuliers. Les services de l’État, du Département et de la Ville nous aident et le diocèse nous alloue un budget. Nos besoins bougent tout le temps, parfois c’est l’alimentaire, parfois ce sont les produits d’hygiène. »

Retour sur un projet unique

Cet espace caritatif, projet pensé et réalisé avec les acteurs sociaux du territoire, se situe dans l’aile nord de l’ancien séminaire devenu maison diocésaine. Porté par le Secours catholique et en partenariat avec Adaléa – acteur majeur du territoire des Côtes d’Armor, en particulier chargé du « 115 » -, l’Escale Familles est un lieu de pause et de réconfort où les familles peuvent venir se ressourcer mais également être reçues par des professionnels : infirmier, psychologue, travailleur social… Les familles trouvent sur cet espace de 200m² une salle d’activité, une cuisine, une laverie et un coin bagagerie.

Dans le souffle du synode

Lors de la rentrée pastorale 2018 de la Maison Saint-Yves, Mgr Denis Moutel, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier a voulu adresser un message de fraternité à l’Escale Familles, message ancré dans le souffle du synode…

« Est-ce que le synode est fini ? Oui, nous avons connu une très belle célébration le 4 juin 2017… mais en fait non ! Tout comme et on a toujours à recommencer, non pas le synode lui-même mais sa mise en œuvre. Les dimensions du synode, je les ai abordées avec les pèlerins à Lourdes : c’est d’abord servir les personnes. On ne peut pas se dispenser de cette dimension essentielle qu’est la charité, l’amour fraternelle en particulier des plus fragiles et des plus petits. Le pape François dénonce de façon brutale la culture du déchet, ce que l’on considère comme rien ou comme n’ayant plus d’utilité, comme n’ayant plus de capacité à participer à la croissance, au développement, à la vie. L’Escale Familles montre justement l’inverse. Autour des services fondamentaux, vous développez l’amitié, le jeu, la joie. C’est tellement essentiel. Servir les personnes, c’est aussi dans chaque paroisse que cette question se pose, à travers la diaconie de l’Église. »

Au cours de son ordination,
Mgr Denis Moutel a dit publiquement qu'il servirait les plus pauvres,
les personnes malades, en précarité économique, migrantes.
Le projet de la Maison Saint-Yves avec son espace caritatif, parmi tant d'autres formes de services rendus au plus fragiles de nos frères,
est un signe fort de la volonté de notre évêque d'être en vérité
avec son engagement du 10 octobre 2010.
père gérard ncole, ancien vicaire général
Abbé Gérard Nicole
Vicaire général de 2007 à 2016

La presse en parle

  • France 3 Bretagne
  • RCF Côtes d’Armor

Contact

  • Adresse

Escale Familles
81 rue Mathurin Méheut
22000 Saint-Brieuc
Tel. : 02 96 68 12 80

  • Horaires

Mardi : 9h-14h
Mercredi : 9h-16h30
Jeudi : 12h-16h30
Samedi : 14h-16h30
Dimanche : Sur inscription

croix blanche

Les dernières actus