croix orange
Actualité

Retour sur le Dimanche des Rameaux et de la Passion 2021

Six jours avant la fête de la Pâque juive, Jésus vient à Jérusalem. La foule l’acclame lors de son entrée dans la ville. Elle a tapissé le sol de manteaux et de rameaux verts, formant comme un chemin royal en son honneur. C’est en mémoire de ce jour que les catholiques portent des rameaux (de buis, d’olivier, de laurier ou de palmier, selon les régions. Ces rameaux, une fois bénis, sont tenus en main par les fidèles qui se mettent en marche, en procession : marche vers Pâques du peuple de Dieu à la suite du Christ.

Dimanche des Rameaux 2021

Homélie de Mgr Denis Moutel (extraits)

« Deux évangiles dans ce dimanche des Rameaux et de la Passion. Deux mouvements : celui où Jésus entre dans la ville sous les acclamations, et celui où il est rejeté de la ville sur la butte du Golgotha. […]

« Dans cette Semaine Sainte, nous voulons suivre Jésus. Ces rameaux que nous emporterons dans nos maisons nous rappellent qu’il est venu chez nous, qu’il demeure pour toujours avec nous. Bien sûr, nous ne pouvons pas préjuger de nos forces, nous ne pouvons pas ignorer non plus notre péché qui nous fait participer au mal des violents. Mais oui, nous voulons suivre Jésus, même et plus encore dans ce contexte éprouvant où nous ressentons davantage notre vulnérabilité mais aussi les appels à mieux aimer. […]

« Cette semaine est sainte parce que nous sommes mis en présence de Jésus, le Christ, le Sauveur, le Juste. Il nous demande de nous unir à lui pour marcher vers la Jérusalem céleste, vers Dieu qui nous aime et qui nous appelle. […]

« Cette semaine est sainte parce que nous recevons le Christ dans sa Parole et dans les sacrements. Cette semaine est sainte parce que les catéchumènes, saisis par le grand amour de Dieu, se préparent à revêtir le Christ. Cette semaine est sainte parce qu’elle nous prépare à recevoir la lumière de Pâques : la puissance du ressuscité qui n’est pas celle des violents mais celle de l’Amour. […]

« Formons le corps du Christ. Soyons frères et sœurs les uns des autres, et portons dans notre prière les intentions du monde. C’est aussi la semaine de la grande prière de l’Église, aux dimensions du monde mais aussi avec ceux qui se confient à nous. »

+ Denis Moutel
Évêque de Saint-Brieuc et Tréguier

La Semaine Sainte expliquée aux jeunes

Au terme du Dimanche des Rameaux célébré en l’église Saint-Yves de Saint-Brieuc, Mgr Denis Moutel a rencontré quelques jeunes à l’invitation du Service diocésain des Vocations, représenté par le Père Guillaume de Montgolfier. L’occasion d’en savoir plus sur la signification et les grandes étapes de la Semaine Sainte.

« La Semaine Sainte est une grande semaine pour les chrétiens, le sommet de l’année liturgique. Pâques en fait partie à travers différents rites : le feu, la lumière qui est le Christ qui surgit du tombeau », explique Mgr Denis Moutel. « La prière universelle du Vendredi Saint est un autre sommet, un modèle pour la vie de l’Église. On prie aux intentions de l’Église, mais aussi aux intentions du monde, pour nos frères chrétiens, pour les athées qui ne connaissent pas encore le Seigneur. Le Christ sur la croix attire tous les hommes à Lui. Ce n’est pas parce qu’on n’est pas encore croyants que nous ne sommes pas aimés de Dieu ».

Mgr Denis Moutel explique aussi que « quand Jésus se donne sacramentellement, il résume tout ce qu’il a déjà donné à travers tout l’amour et la disponibilité du Père. Quand on n’a pas le moral, on peut penser que personne ne compte sur nous, que personne ne nous attend. Dieu est quelqu’un qui nous aime et qui nous attend parce qu’Il nous a choisi. Dieu nous sollicite et nous dit : ‘J’ai besoin de toi’. » A cela, Mgr Denis Moutel livre son propre témoignage vécu en paroisse. « Cela me chamboule toujours quand des catéchumènes me disent : ‘Je ne sais pas comment mais j’ai découvert que j’étais attendu’. »

« La messe chrismale est célébrée le Mardi Saint dans le diocèse durant laquelle le Saint Chrême est les huiles sont bénis. Le Jeudi Saint, le pape François lave les pieds des gens de la rue. Prêtres et évêques se mettent à genoux et font ce geste au nom du Seigneur. Dans son grand amour, Jésus se fait serviteur », explique Mgr Denis Moutel. « Quant au Vendredi Saint, l’autel est dépouillé comme le Christ l’a été. On n’est perdu, on revit ce que le Christ a vécu. Le sacrement de réconciliation permet de vivre la miséricorde du Père. Arrive le Samedi Saint, c’est notre silence liturgique. Et puis à Pâques, qui veut dire ‘passage’, le Christ est passé de la mort à la vie. » Pour l’évêque de Saint-Brieuc et Tréguier, « avec le baptême, on est plongé dans l’Humanité, dans le bonheur qu’on essaye de construire mais aussi dans l’épreuve. Durant la Semaine Sainte, les catéchumènes adultes ont intensifié leur préparation en vue du baptême. Nous baptisés, nous revivons le nôtre avec eux. »

Au terme de l’échange avec Mgr Denis Moutel, les jeunes étaient invités à suivre le Père Guillaume de Montgolfier dans une marche jusqu’à l’église Sainte-Thérèse, l’occasion de réciter le chapelet en chemin avant de se joindre au chemin de croix paroissial. Cette initiative remplace un pèlerinage local initialement prévu par la Province de Rennes au Mont Saint-Michel, annulé à cause de la crise sanitaire.

À l’issue de la semaine Sainte, qui s’est ouverte hier avec le dimanche des Rameaux, 3.639 adultes* dont 100 dans des départements et collectivités d’Outre-Mer recevront les sacrements de l’Initiation Chrétienne à Pâques cette année. En raison du couvre-feu, ces baptêmes ne pourront pas se faire dans la nuit pascale, comme traditionnellement, mais le jour de Pâques, dès l’aurore parfois. (* Selon les chiffres du Service de la catéchèse et du catéchuménat auquel certains diocèses n’ont pas donné d’actualisation cette année.)

croix blanche

Les dernières actus