croix orange
Actualité

Inauguration de 17 vitraux à l'abbaye de Boquen

Dimanche 9 juin, la communauté du Chemin Neuf présente au sein de l’abbaye de Boquen a invité ceux qui le souhaitaient à vivre, durant la messe de la Pentecôte, l’inauguration de 17 nouveaux vitraux dans l’abbatiale. Intitulée « Pentecôte de lumière », cette messe inaugurale a été présidée par Mgr Denis Moutel, en présence d’Antoine Le Bihan et de Claire Babet, maîtres verriers.

Inauguration de 17 vitraux à l'abbaye de Boquen

Intentions de prière

Durant la prière universelle, il a été lu plusieurs intentions de prière que voici :

  • Pour tous les évêques, les prêtres et l’ensemble des baptisés. Que nous trouvions les mots, la foi, l’audace pour aller vers eux qui ne connaissent pas la Bonne Nouvelle, ceux qui s’en sont détournés ou qui l’ont oubliée.
  • Pour ceux qui connaissent la souffrance et la solitude, les laissés-pour-compte, les exclus, les sans-emploi, sans-papiers. Que ta force les soutienne et qu’elle nous donne le courage du geste fraternel qui relève.
  • Pour ceux qui ont pris ou prendront des engagements cette année : les baptisés, les confirmands, les nouveaux prêtres, les jeunes époux. Donne leur de découvrir toujours plus profondément la vocation à laquelle tu les appelles, et donne nous de retrouver la saveur de nos propres engagements.
  • Pour ceux qui sont intervenus dans la restauration de l’abbaye de Boquen. Dom Alexis et tous les moines cisterciens, les sœurs de Bethléem, les artisans… Nous te prions aujourd’hui particulièrement pour les maîtres verriers Antoine Le Bihan et Claire Babet qui ont conçu et réalisé ce bel ouvrage des nouveaux vitraux.

Homélie de Mgr Denis Moutel

Pentecôte de lumière… c’est à cet événement que nous avons été conviés. C’est le titre qui figurait sur l’invitation. Lumière qui traverse ces vitraux magnifiques. De l’intérieur de l’église, comme au Cénacle où sont réunis la Vierge Marie et les apôtres, notre vie, notre mission s’éclairent d’une lumière nouvelle.

L’Esprit Saint projette cette belle lumière sur toutes choses mais d’abord dur la Passion, la mort et la résurrection de Jésus : « L’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit ». Par ta lumière, nous voyons la lumière.

En recevant l’Esprit Saint, notre vie s’éclaire et nous comprenons mieux ce qui a de l’importance et ce qui n’en a pas, ce qui s’est rétréci et qui peut s’élargir pour la mission, ce qui est dispersé et qui peut être unifié, uni dans la communion.

L’Esprit Saint est Seigneur… Il n’est pas une chose, une énergie, un rayonnement magnétique, Il est Quelqu’un. « Il est Seigneur et Il donne la vie » : c’est ce que nous disons solennellement dans le Credo.

Dans un monde qui se replie parfois sur lui-même, nous sommes envoyés pour porter la vie, l’amour, le respect et l’attention, tout particulièrement aux plus fragiles d’entre nous. « Viens Esprit Saint, Toi qui es l’amour, le feu, la source vive. »

Mystérieusement, ceux qui reçoivent l’Esprit Saint au jour de la Pentecôte se comprennent mais chacun dans sa propre langue. La langue universelle de l’amour divin peut s’inculturer et se communiquer dans toutes les langues de la terre.

Ce n’est pas la moindre des choses, dans nos communautés, nos paroisses, que de rechercher sans cesse l’unité sans écraser le moindre du monde ce que chacun apporte de son charisme, du talent qu’il peut exercer, de l’attention qu’il porte à telle ou telle cause qui pourrait nous apparaître à nous moins essentiel.

A l’heure de la désintégration, nous avons besoin d’inclusion, de compréhension, de communion afin de rechercher la paix et la joie qui accompagne le don de l’Esprit. Merci à la communauté du Chemin Neuf d’en témoigner ici et d’offrir ce lieu de communion à tous ceux qui viennent se reposer ici. « Esprit Saint, viens en nos cœurs, viens répandre l’amour du Père. »

Retour sur les interventions

Il y a quelques années, nous souhaitions remplacer la grande baie surplombant la porte d’entrée de l’abbatiale qui était très opaque. C’était du plastique et la pierre souffrait beaucoup de l’humidité. Il y a deux ans, une baie s’est effondrée pendant une tempête, on a dû grimper pour mettre un plastique en protection. Ceux qui nous ont précédés à l’abbaye de Boquen avaient commencé à faire un appel aux dons. Il faut faire confiance en la Providence. L’appel aux dons nous a permis assez vite de pouvoir entamer les travaux. Avec les donateurs, nous avions rassemblé un budget possible. Un jour, un père de famille a consulté ses enfants et leur a dit : « J’aimerais offrir au moins la moitié de cette baie ». Du coup le budget a grossi et on s’est dit qu’on allait faire les quatre chapelles. On a lancé, il y a deux-trois ans maintenant un concours et neuf candidatures se sont présentées Le jury a choisi un lauréat qui est Antoine Le Bihan.

Antoine Le Bihan : Je suis très ému de me retrouver ici aujourd’hui. Je m’intéresse beaucoup aux édifices religieux. Quand j’ai découvert l’édifice, avec son histoire cistercienne, et les gens de la communauté, ce qui m’a semblé une évidence, c’était de rester dans une simplicité, tout en donnant un peu de gaieté avec des bases de vert assez incolore avec pas mal de lumière qui réchauffe l’édifice. Avec Claire Babet, on s’est rencontrés il y a trois ans et on a posé le projet qui a demandé neuf mois de travail pour sa réalisation en atelier.

Claire Babet : C’est un projet qui paraît simple au départ mais ce sont des vitraux qui ont énormément de nuances. Les verts ne sont jamais identiques. C’est ça qui fait toute la richesse de notre travail. Quand nous sommes arrivés dans le lieu, les fenêtres étaient vitrés par des plaques jaunâtres qui ne laissaient plus passer la lumière. A chaque fois que nous avons posé un nouveau vitrail, c’était une découverte dans la projection lumineuse. A chaque heure de la journée, les vitraux vivent et rendent encore plus vivant ce lieu.

Pour aller plus loin

croix blanche

Les dernières actus