croix orange
Actualité

DDEC 22. Rentrée 2019 des chefs d'établissement

Lundi 26 août, les chefs d’établissement de l’Enseignement catholique des Côtes d’Armor se sont réunis au Lycée du Sacré-Coeur, à Saint-Brieuc, pour leur traditionnelle rentrée. Cette anticipation sur la rentrée scolaire des élèves leur a permis d’échanger à partir du thème « Réenchanter l’école » en vue d’explorer de nouvelles pistes d’action. Cette année, un accent particulier sera mis sur l’écologie.

Rentrée 2019 des chefs d'établissement - DDEC 22

Propos introductifs

Françoise Gautier, directrice diocésaine de l’Enseignement catholique en Côtes d’Armor, a souligné l’importance de cette rentrée anticipée des chefs d’établissement. « Se retrouver en assemblée plénière a pour but de vous présenter les axes de fond de cette nouvelle année. C’est un temps de remise en route mais aussi un temps communautaire pour poursuivre notre dynamique enclenchée en 2017 autour du réenchantement de l’école ». Celle-ci a redit que le projet éducatif de l’école catholique en Côtes d’Armor était « au service du bien commun ». « Face au défi du dérèglement climatique, deux perspectives s’offrent à nous : la stratégie de la communication catastrophique ou l’action du citoyen avec une école prêtre à préparer la transition ».

Le Père Hervé Le Vézouët, vicaire général du diocèse de Saint-Brieuc, a insisté quant à lui sur la nécessité de prendre en compte l’écologie. « L’état de notre planète est de plus en plus préoccupante, certaines populations n’ont pas accès à l’eau potable, le climat se dérègle comme nous pouvons le constater, la biodiversité est en train de disparaître à l’échelle mondiale… » Celui-ci a rappelé que « ces dégradations touchaient d’abord les pays les plus pauvres, aggravant ainsi les inégalités et ouvrant à de nouveaux conflits ». Le Père Hervé Le Vézouët a appelé à la prise de conscience des « modes de vie occidentaux » souvent en cause dans ces dérèglements à travers « l’hyper consommation qui augmente de façon exponentielle, et le gaspillage que le pape François appelle la culture du déchet ». Ce dernier s’est félicité des voix qui s’élevaient de plus en plus , « et notamment chez la jeune génération qui alerte, dénonce, mobilise pour proposer des solutions concrètes afin de ralentir de mouvement engagé ».

Une intervention marquée

Jacques Bregeon a longuement pris la parole durant cette rentrée des chefs d’établissement. Il est notamment docteur ès sciences, président de l’École de métiers de l’environnement à Rennes et dirigeant du Collège des hautes études du développement durable de Bretagne. « Après 30 ans de combat sur le développement durable, je suis content de voir que les gens bougent », a-t-il souligné d’emblée. « Auparavant, l’écologie n’était pas considérée à sa juste valeur, nous en avions une vision caricaturale et erronée. » Jacques Bregeon a martelé que l’écologie était « notre vie [où] l’être humaine est partie intégrante. La nature n’est pas un objet qu’on peut maltraiter. Les choses ne se font pas les couloirs des ministères. La vraie question, c’est : quand est-ce qu’on bouge ? »

Ce dernier a interpellé l’Enseignement catholique sur cette question en soulignant l’importance de l’éducation au développement durable. Jacques Bregeon a lui aussi mis en exergue la mobilisation des jeunes sensibilisés tôt à ces questions. « Ils font des manifestations, ils s’invitent dans des sommets internationaux et prennent la parole dans les médias » ; rappelant que « c’est eux qui vont payer notre dette écologique et notre incapacité à réagir ». Jaques Bregeon a conclu son intervention en insistant que « demain s’écrivait aujourd’hui ». « Toutes les décisions que nous prenons aujourd’hui – où que nous ne prenons pas – auront un impact dans les décennies à venir. »

Bande-annonce du documentaire « Ta Terre vue du coeur » de Iolande Cadrin-Rossignol avec Hubert Reeves projetée à la fin de l’intervention de Jacques Bregeon :

Laudato Si

Durant cette rentrée des chefs d’établissement, l’encyclique « Laudato Si » du pape François était dans toutes les têtes. « Le pape appelle à la conversion écologique. Il y a un véritable retournement à vivre pour la Terre et les plus fragile », a appelé le père Hervé Le Vézouët. « Il y a là un véritable défi qui passe par une conversion personnelle mais aussi de façon communautaire dans un esprit partagé. Un label ‘Eglise verte’ propose des outils et un accompagnement aux communautés chrétiennes ».

[ Relire Laudato Si ]

croix blanche

Les dernières actus