Monseigneur Denis Moutel

Mgr Denis MOUTEL

Le pape Benoît XVI a nommé le P. Denis Moutel, vicaire général de Nantes, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier. Celui-ci a été ordonné en la cathédrale Saint-Étienne de Saint-Brieuc le dimanche 10 octobre 2010.

  • Né le 06 janvier 1952
  • Ordonné prêtre le 11 juin 1977
  • Nommé évêque le 20 août 2010
  • Consacré évêque le 10 octobre 2010
“ Puisque vous êtes aimés de Dieu ”
Photo Mgr Denis Moutel, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier
Mgr Denis Moutel
Évêque

Calendrier de
Mgr Denis MOUTEL

Mercredi 3 et Jeudi 4 juillet
Paris – Protection sociale CAVIMAC

Vendredi 5 juillet
Maison Saint-Yves – Vernissage de l’exposition de Patrice Cudennec

Mercredi 10 juillet
Quintin – Journée Inter-églises

Samedi 13 juillet
L’Hermitage Lorge – 75ème anniversaire des martyrs de la Butte Rouge

Dimanche 14 juillet
Saint-Brieuc – Fête nationale, cérémonie patriotique
Sanctuaire Notre-Dame de Toute Aide – Célébration eucharistique avec la Fraternité Saint Jean-Baptiste

Jeudi 18 juillet
Pommerit Jaudy – Visite du camp « Bartimée »
Saint-Cast le Gildo – Visite du camp « Vacances inspirées »

Vendredi 19 juillet
Quessoy – Visite du camp « Colo Théophile »

Jeudi 25 et vendredi 26 juillet
Saint-Anne d’Auray – Grand Pardon de Sainte-Anne d’Auray

Dimanche 28 juillet
Le Cambout – Pardon de Sainte-Anne Le Cambout

Lundi 29 juillet
Église Saint-Michel – Messe du départ du Tro Breiz

Du lundi 29 juillet au mardi 13 août
Congés

Mercredi 14 et jeudi 15 août
Perros-Guirec – Pardon Notre-Dame de la Clarté avec Mgr Emmanuel Abbo, évêque de Ngaoundéré (Cameroun)

Du 16 au 27 août
Voyage en Haïti à l’invitation des pères de Saint-Jacques

Mercredi 28 août
Rencontre avec les séminaristes du diocèse

Jeudi 29 août
Maison Saint-Yves – Rencontre des prêtres en service d’été

Editos de
Mgr Denis MOUTEL

Un été de liberté, un été pour servir.

En ce début d’été, j’ai été impressionné par ces jeunes qui m’ont confié leurs projets dans le cadre d’un service d’été : camp scout. MEJ, MRJC ou autres activités de la Pastorale des Jeunes. Ils vivent ainsi ce que nous avons entendu de l’apôtre Paul, le dimanche 30 juin, dans la liturgie : « Vous frères, vous avez été appelés à la liberté. Mais que cette liberté ne soit pas un prétexte pour votre égoïsme ; au contraire, mettez-vous, par amour, au service les uns des autres. » (Gal 5,13)

Pour ceux qui ont la chance de vraies vacances, l’été est bien un temps de liberté plus grande, plus détaché des contraintes d’horaire ou de vie professionnelle. C’est le temps des « premières fois » pour les plus jeunes : quitter la maison, dormir sous la tente, partir plus loin dans la famille, vivre un camp.

C’est le temps du don et du service pour ceux qui ont accepté une responsabilité d’encadrement de tous ces camps d’enfants et de jeunes. J’irai les visiter, au moins quelques-uns. Qu’ils soient sûrs que le temps donné n’est jamais perdu, que la vraie liberté, c’est de servir en se laissant conduire par l’Esprit Saint.

+ Denis MOUTEL
Évêque de Saint-Brieuc et Tréguier

Ils nous aideront à choisir l’Espérance

Ce mois de juin sera marqué par l’ordination de Gaëtan Lormel comme prêtre et David Plantet comme diacre. Venez nombreux le dimanche 23 juin à 15h30 en l’église Saint Michel à Saint-Brieuc.

Il serait peut-être trop facile de les regarder de loin, en train de faire des acrobaties qui susciteraient notre admiration mais aussi notre perplexité. Il serait dommage de les propulser aux avant-postes sans la participation première, essentielle, incontournable de l’ensemble du Peuple de Dieu. Il serait irresponsable de les évaluer au rythme de nos humeurs ou de nos attentes. Nous leur demanderons plutôt ce à quoi ils seront ordonnés : l’Évangile du Christ. Et nous chercherons à en vivre avec eux.

Gaëtan et David sont « de chez nous », mais ils nous seront bientôt envoyés. Ils sont avec nous, mais ils seront pour nous. Ils se présentent à l’Église et au monde comme des serviteurs, à cause de l’Évangile. Ne les mettons pas sur un piédestal, mais pas non plus dans le fossé ! Soyons simplement heureux d’être avec eux des frères et sœurs confiants et participants du même baptême, dans le Christ.

Venez nombreux à leur ordination, le dimanche 23 juin pour « choisir l’espérance ».

+ Denis MOUTEL
Évêque de Saint-Brieuc et Tréguier

De quoi discutez-vous en marchant ?
Sur le chemin d’Emmaüs … Jésus les a rejoints (Lc 24, 13-35)

J’ai commencé ce mois nouveau par 15 kms de marche à Plounevez-Quintin. C’est le traditionnel circuit des quatre chapelles. Ce 1er mai, fête de Saint Joseph travailleur, marquait aussi l’ouverture du 20ème anniversaire du « Village Saint Joseph ».

De nombreuses personnes ont été relevées, au cours d’un séjour plus ou moins long, dans cette communauté accueillante et priante, joyeuse et pauvre. Rien de mieux que la marche pour ressentir profondément cette fraternité durable.

De Saint Joseph à Sainte Marie, Notre-Dame, nous restons dans la famille ! Ce mois de mai, nous ouvrirons davantage les chapelles pour venir y prier la Vierge Marie, en nous rendant parfois de l’une à l’autre « en visitation ». D’autres vivent une journée paroissiale, au Mont Saint Michel ou à Lisieux, un festival ou une semaine missionnaire.

C’est toujours vers le Christ que nous sommes conduits. Il nous explique ce qui le concerne dans les Ecritures. Mais, avec la Parole de Dieu, ce sont aussi nos compagnons de route qui sont des livres ouverts. Ils sont comme des « sacrements du Christ », frères et sœurs à connaître et à aimer.

+ Denis MOUTEL
évêque de Saint-Brieuc et Tréguier

Le Christ, notre espérance.

Ils sont nombreux ceux qui ont appelé « au secours » ces derniers temps, dans la société mais aussi dans l’Église, en perte de confiance, dans l’attente d’un renouveau.

Les fêtes pascales qui approchent nous conduisent à regarder le Christ qui reçoit tout du Père et qui offre tout. Sa vie donnée est source de salut : « Regarde le Christ, accroche-toi à lui, laisse-toi sauver, parce que ceux qui se laissent sauver par lui sont libérés du péché, de la tristesse, du vide intérieur, de l’isolement. », c’est que le pape François dit aux jeunes dans sa toute récente exhortation à la jeunesse qui fait suite au synode sur les jeunes. (Pape François ‘Il vit, le Christ’ – Avril 2019)

Proches des futurs baptisés de Pâques, nous voulons plonger de nouveau aux sources du salut, dans la beauté notre baptême, dans la vie du Christ qui passe la mort pour nous ouvrir à la vie éternelle. Laissons-nous transformer « de la tête aux pieds », de l’onction des sacrements (messe chrismale) au service du lavement des pieds (jeudi saint), de la déroute du reniement à la communion de Pâques.

+ Denis MOUTEL
évêque de Saint-Brieuc et Tréguier

Du désert au jardin :
Quarante jours.

« Le carême du Fils de Dieu a consisté à entrer dans le désert de la création pour qu’il redevienne le jardin de la communion avec Dieu. » (Pape François Message pour le carême 2019)

La Bible a toujours regardé le désert comme le lieu symbolique de la résistance au mal. L’expérience du désert nous conduit à quitter enfin les apparences, les arrangements médiocres auxquels nous consentons pour regarder la vérité de notre vie : oui, nous avons besoin d’être renouvelés, recréés ; oui il y a des comportements, dans notre vie, qui élèvent mais aussi d’autres qui rabaissent ou détériorent la vie et l’amour ; oui il y a des murs à faire tomber et des ponts à restaurer vers Dieu et vers les autres.

+ Denis MOUTEL
Evêque de Saint-Brieuc et Tréguier

Janvier s’en est allé
Sans être trop pressé
C’était le premier mois,
Épiphanie des rois
Il faisait l’important
De cet an commençant,
Avec ses vœux offerts
Jusqu’en son 31.

Et voici Février
Qu’on ne peut comparer
C’est le mois le plus court,
Il lui manque deux jours !
Son air est bien glacé,
Ce pauvre Février ;
Que nous promet-il donc
Pour n’être pas quelconque ?

Dans l’hiver 54,
L’abbé Pierre veut se battre
C’est le premier du mois
Qu’il soulève l’émoi.
Plus de fatalité,
L’heure est à la bonté.
C’est cela Février,
Ne crains pas d’y entrer !

Et puis aussi le 2,
Qui n’est pas jour de peu,
Puisque Jésus se donne
En son Temple il pardonne.
« Me voici » pour aimer :
Pour cela, je suis né.
C’est cela Février,
Ne crains pas d’y entrer !

Très bientôt vient le 11
Le jour à peine s’allonge.
Mais Bernadette accourt
A la grotte, c’est grand jour !
Car la Vierge bénie
A sa peine a souri.
C’est cela Février,
Ne crains pas d’y entrer !

« Février rigoureux
Effraie les plus frileux »
Mais ce n’est qu’un dicton.
C’est cela Février,
Ne crains pas d’y entrer !

+ Denis Moutel
évêque de Saint-Brieuc et Tréguier

Le défi de la paix

Nous savons que les premières semaines de l’année 2019 seront importantes dans notre pays pour que chacun puisse exercer ses responsabilités dans la recherche du bien commun : quels principes d’équité ? Quelles solidarités et quels devoirs ? Quel renouvellement pour la démocratie, quelle Europe ? Quelle sauvegarde de la planète ?

En vous présentant mes vœux de Bonne et Sainte Année 2019, je veux vous remettre simplement un extrait du message du pape François pour la 52ème journée mondiale de la Paix : il l’adresse aux politiques, mais c’est pour tout le monde !

+ Denis MOUTEL
évêque de Saint-Brieuc et Tréguier

« … La paix est une conversion du cœur et de l’âme ; et il est facile de reconnaître trois dimensions indissociables de cette paix intérieure et communautaire :

  • La paix avec soi-même, en refusant l’intransigeance, la colère et l’impatience et, comme le conseillait saint François de Sales, en exerçant ‘‘un peu de douceur avec soi-même’’, afin d’offrir ‘‘un peu de douceur aux autres’’ ;
  • La paix avec l’autre : le proche, l’ami, l’étranger, le pauvre, le souffrant… ; en osant la rencontre et en écoutant le message qu’elle porte avec elle ;
  • La paix avec la création, en redécouvrant la grandeur du don de Dieu et la part de responsabilité qui revient à chacun d’entre nous, en tant qu’habitant du monde, citoyen et acteur de l’avenir. … »

(Pape François « La bonne politique est au service de la paix » 1er janvier 2019). [Lire en intégralité]

Lumière de l’Avent pour un temps de crise

Dans le mouvement social en cours, les catholiques sont sollicités : « que dites-vous, que faites-vous ? ». Dans la vie politique, les chrétiens n’entreprennent pas habituellement d’action spécifique : ils sont citoyens, travailleurs, entrepreneurs, acteurs de la vie sociale, avec d’autres.

Pourtant, la pensée sociale de l’Église nous donne de quoi rechercher non seulement les moyens de vivre dignement mais aussi des raisons de vivre. Le temps de l’Avent nous donne quelques mots-clés et les attitudes qui vont avec.

« Restez éveillés » (Lc 21,35). C’est l’appel du premier dimanche de l’Avent. Ne pas s’endormir, ne pas se tenir à côté de la vie réelle de ceux qui peinent. Écouter, s’écouter les uns les autres, essayer de comprendre pour mieux se comprendre. Pour cela, l’Église a toujours souligné l’importance des corps intermédiaires, associations, syndicats, partis politiques, élus…

Pour les croyants, cette vigilance est aussi celle de la prière, car la prière, qui nous met en présence de Dieu, nous rend aussi plus attentifs aux autres.

La justice comme chemin de la paix.

« De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles. Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre. » (Isaïe 2,4)

Dans ce texte prophétique, les faucilles et le soc évoquent le travail, mais nous assistons justement à l’exaspération de ceux qui voient stagner le fruit de leur travail tandis qu’augmentent les dividendes versés dans les grandes entreprises ou des salaires déjà très élevés. L’expérience de la précarité et le sentiment d’abandon rendent plus insupportables ces écarts vécus comme des injustices. Il n’y a pas de paix sans justice.

La sauvegarde de la création.

La tentation est grande alors d’oublier les enjeux du climat, au risque d’un mépris des générations futures. Dès maintenant, ce sont les plus pauvres qui souffrent dans le monde du dérèglement climatique. Bien sûr, il faut du temps pour amorcer la « transition énergétique » et en partager les efforts de manière juste. Mais, par la voix du pape François, l’Église nous rappelle qu’on ne peut pas opposer justice sociale et respect de la création :

« Il n’y a pas deux crises séparées, l’une environnementale et l’autre sociale, mais une seule et complexe crise socio-environnementale. Les possibilités de solution requièrent une approche intégrale pour combattre la pauvreté, pour rendre la dignité aux exclus et simultanément pour préserver la nature. » (Pape François Laudato Si §139)

Oui, fais Seigneur, que nous te servions, dans la justice et la sainteté, en ta présence, tout au long de nos jours. (Cantique de Zacharie)


+ Denis MOUTEL
évêque de Saint-Brieuc et Tréguier

Dieu appelle en tout temps :
C’est le temps de l’humilité.

Au cours de l’année 2018, les paroles du pape François sur l’Église pourraient sembler contradictoires :

  • « La sainteté est le visage le plus beau de l’Eglise » (Pape François, Exhortation apostolique « Gaudete et exsultate » Rome, 19 mars 2018)
  • « Il est essentiel que, comme Église, nous puissions reconnaitre et condamner avec douleur et honte les atrocités commises par des personnes consacrées, par des membres du clergé, mais aussi par tous ceux qui ont la mission de veiller sur les plus vulnérables et de les protéger. » (Pape François, Lettre au Peuple de Dieu Rome, le 20 août 2018)

Il nous faut tenir ensemble ces deux messages. Parler de sainteté ne signifie pas que l’on oublierait les péchés très graves commis par des membres de l’Église. Beaucoup de personnes du diocèse, dont des prêtres bien sûr, m’ont dit leur souffrance dans la traversée de cette crise. Nous nous sommes dit souvent que c’est d’abord la souffrance des victimes d’abus sexuels qu’il faut écouter : « Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui » (1 Cor 12,26).

Mais faudrait-il renoncer à annoncer l’Évangile de la Vie ? Faudrait-il renoncer à proclamer la puissance de l’Évangile de la miséricorde ? Non ! Avec la fête de tous les Saints, qui ouvre ce mois de novembre, nous nous rappelons que nous ne pouvons pas jeter par-dessus bord la boussole de la sainteté. Nous nous rappelons, avec le synode diocésain, que nous avons largement de quoi faire pour « choisir l’espérance ».

Les premiers froids d’un automne plutôt hivernal nous ont déjà touchés. Mais c’est aussi le temps de la régénération, de la croissance cachée, c’est le temps de l’humus. Et pour nous, c’est le temps de l’humilité, un temps favorable, pour ne plus revendiquer nos mérites ou nos seules forces mais faire place à Celui « qui est la source de toute sainteté ». (Prière eucharistique N°2).

+ Denis MOUTEL
évêque de Saint-Brieuc et Tréguier

Thérèse, François et les autres…

Le mois d’octobre commence avec la fête de Sainte Thérèse de Lisieux, le 1er octobre. Quelques jours plus tard s’ouvrira à Rome le synode des évêques sur « les jeunes, la foi et le discernement des vocations ». Il se tiendra du 3 au 27 octobre.

Voici que, le 20 novembre 1887, Thérèse vient demande au pape l’autorisation d’entrer au Carmel. « Allons … allons … vous entrerez si le Bon Dieu le veut ! », lui dit le pape Léon XIII. Et Thérèse vivra cette entrée à peine un an plus tard, à l’âge de 15 ans.

Ils seront un peu plus âgés les 40 jeunes du monde entier qui vivront ces semaines exceptionnelles auprès du pape François et de 300 évêques, avec également quelques auditeurs. Mais l’enjeu est bien le même : comment construire sa vie, comment lui donner sens, comment accueillir les appels de Dieu dans des situations tellement diverses et parfois si éprouvantes pour les jeunes ? Sainte Thérèse dira : « Au cœur de l’Église, je serai l’amour ».

J’ai le sentiment que ce synode va nous étonner. Nous pourrons en suivre le déroulement par de nombreux témoignages et surtout prier pour tous les membres de ce synode et pour la fécondité de leurs travaux.

Notre prière rejoint aussi les nombreux jeunes qui vont s’assembler le samedi 6 octobre à Plérin, à l’invitation de la Pastorale des jeunes de notre diocèse.

Oui, c’est bien cela : Thérèse, François et les autres … tous les autres que notre prière va soutenir durant ce mois d’octobre. Que la Vierge Marie, Notre-Dame d’Espérance porte nos prières pour les jeunes du monde entier.

+ Denis MOUTEL
évêque de Saint-Brieuc et Tréguier

La Conférence des évêques de France (CEF) est constituée de l’ensemble des évêques et cardinaux. Elle se réunit deux fois par an en assemblée plénière, élit un conseil permanent et les présidents de commissions et de conseils. Un secrétariat général est au service de la Conférence pour préparer les travaux et assurer l’exécution des décisions. Dix services nationaux coordonnent l’activité pastorale pour un secteur déterminé de l’Église.

Entretien de KTO
avec Mgr Denis MOUTEL

A l’issue de l’Assemblée Plénière 2010 des Évêques à Lourdes, entretien de KTO avec Mgr Denis MOUTEL, nouvellement évêque. Il aborde sa vocation,  son parcours, et sa mission.