croix grise

Aumônerie des hôpitaux

Qui sommes-nous ?

Service de l’hôpital, composé d’un ou de plusieurs aumôniers et d’une équipe de bénévoles, l’aumônerie catholique a une double appartenance : l’établissement de santé et l’Église catholique. L’aumônier reçoit une lettre de mission de l’évêque.

Dans la rencontre avec la personne hospitalisée, le service d’aumônerie prend en compte sa recherche de sens, ainsi que ses besoins spirituels et religieux dans le respect de sa conscience et de ses valeurs.

Le tout premier rôle de l’aumônerie est l’attention au bien de la personne, de l’homme tout entier. Elle est attentive à tout ce qui peut favoriser l’unité de la personne malade, à son désir de guérir et de vivre, au prix qu’a toute vie humaine. Elle offre attention, écoute, amitié à toutes les personnes malades, dans le respect des convictions de chacun, dans le respect de la laïcité et de la réalité hospitalière, sans prosélytisme.

Aux besoins spirituels et religieux, le service d’aumônerie répond par :

  • La visite, si elle est acceptée. Certaines personnes peuvent demander un accompagnement durant le temps de leur séjour. L’accompagnement des personnes en fin de vie est une des attentions particulières du service d’aumônerie. Il peut s’exercer à partir d’un signalement par les soignants d’une mort prochaine ou à partir d’une demande par le malade lui-même ou sa famille.
  • La présence auprès des familles.
  • L’accueil en des lieux affectés par la direction hospitalière : lieux de culte, bureaux, etc. Un lieu de recueillement est ouvert à toute personne désireuse de prendre un temps personnel.
  • Les actes cultuels (réguliers ou à la demande) : temps de prière communautaire ou individuel, messe, communion au chevet de la personne malade, onction des malades, baptême en cas d’urgence, célébrations des fêtes religieuses.

Informations

Responsable diocésain : Gratiane Louvet

Adresse

Maison Saint Yves
81 rue Mathurin Méheut
22000 Saint-Brieuc

J’étais malade et vous m’avez visité
Icône de Saint-Matthieu
Saint-Matthieu
Évangile, verset 25